VIDÉO - Les sorcières de "The Craft" s’offrent une seconde jeunesse plus militante

VIDÉO - Les sorcières de "The Craft" s’offrent une seconde jeunesse plus militante

COME-BACK - Succès surprise à sa sortie en 1996, "The Craft" revient ensorceler les spectateurs avec un nouveau film plus "girl power" qui sort ce mercredi 28 octobre. Une réécriture dont on s’est entretenu avec sa réalisatrice et scénariste Zoe Lister-Jones.

Il a fait frissonner toute une génération. Jusqu’à gagner le statut de film culte. Récit initiatique horrifique sur fond de musique rock sorti en 1996, The Craft plonge le spectateur dans le quotidien pas comme les autres de quatre lycéennes plus intéressées par la magie noire que par leurs cours de maths. Le succès est aussi surprise qu’immédiat et marque les esprits de bon nombre d’adolescents de l'époque. 

Les héroïnes sont celles que Hollywood ne met pas forcément en avant. Les outsiders, celles qui ne rentrent pas dans les cases édictées par la société. "Le film original est si important pour beaucoup de personnes, dont moi", nous raconte la comédienne Zoe Lister-Jones qui a décidé de passer derrière la caméra pour raconter sa version de The Craft. Elle ne parle d'ailleurs pas de reboot ni de suite mais d'une "réinvention" pour parler de The Craft : les nouvelles sorcières, sa deuxième réalisation.

Le titre français du film d'origine, Dangereuse alliance, n’est plus. Car ici pas question de montrer que le pouvoir de ces quatre sorcières "est si grand qu'il les dépasse et fait qu'elles se retournent les unes contre les autres". "Je voulais vraiment raconter l’histoire de femmes qui se soutiennent et s’élèvent. Le message est plutôt de dire que leur pouvoir ne pourra jamais être trop grand. En fait, il n’est jamais aussi grand que quand il est rattaché à un groupe", souligne Zoe Lister-Jones. 

The Craft : les nouvelles sorcières introduit une nouvelle génération d'adolescentes sans oublier quelques clins d'oeil à la précédente dans des scènes quasi copiées-collées. Le réalisateur du premier film, Andrew Fleming, est d'ailleurs producteur exécutif de cette fausse suite.

La masculinité toxique comme mal à combattre

Nouvelle venue en ville, Lily (Cailee Spaeny) va peu à peu découvrir ses pouvoirs et apprendre à les contrôler avec l'aide de Frankie (Gideon Adlon), Tabby (Lovie Simons) et Lourdes (jeune transgenre joué par l'actrice transgenre Zoey Luna). Mais plus que de pouvoirs magiques, c'est de pouvoir féminin que veut parler ce film. The Craft : les nouvelles sorcières prône le female emporwement, un accroissement du pouvoir des femmes que la figure de la sorcière symbolise à la perfection. 

"Je me suis dit que ce serait intéressant refaire The Craft maintenant car nos réflexions sur le genre sont si différentes par rapport aux années 90, quand le premier film est sorti. Et le film parle du genre. C’est une histoire de femmes, de jeunes femmes. J’ai trouvé ça intéressant de réexaminer ça avec la perspective de 2020", nous explique le producteur Jason Blum, pape de l'horreur à Hollywood à qui l'on doit les sagas Paranormal activity et American nightmare ou encore Get out.

Ne cherchez pas de monstres, de fantômes ou autre créature effrayante. Le mal majeur à combattre s'appelle ici la masculinité toxique, incarnée de tout son être par le personnage de David Duchovny. Adam, beau-père de la jeune héroïne, est une sorte de gourou qui dispense ses (mauvais) conseils à des hommes buvant ses paroles. 

"Le scénario faisait totalement sens pour moi dans notre contexte historique, politique et social - enfin au moins celui dans lequel on se trouvait l’an dernier. C’est pour ça que j’ai signé. J’ai dit : 'Ok, je serai le méchant dans ce monde'. J’ai aimé le point de vue et l’intelligence derrière cette réinvention", souligne-t-il. 

Lire aussi

Les puristes de The Craft crieront sans doute au blasphème. Car si son propos est noble, ce nouveau regard reste très lisse - peut-être trop - et semble s'adresser directement aux jeunes adolescents. Aux Etats-Unis, le film a obtenu la douce classification PG-13 (accord parental recommandé) contre une mention Rated R (accompagnement obligatoire pour les moins de 17 ans) pour son prédécesseur. 

Mais il sera impossible de comparer le score des deux films au box-office. Compte tenu de la situation sanitaire, The Craft : les nouvelles sorcières est sorti directement en PVOD outre-Atlantique juste à temps pour Halloween. En France, le film est sorti en salles ce mercredi 28 octobre. Mais ne devrait pas avoir le temps d'ensorceler grand-monde en raison d'un reconfinement annoncé comme imminent...

Sur le même sujet

Lire et commenter