VIDÉO - Les Twins se transforment en chats dans "Cats" : "Quand on veut faire les choses bien, on se donne la peine"

VIDÉO - Les Twins se transforment en chats dans "Cats" : "Quand on veut faire les choses bien, on se donne la peine"
Sorties

INTERVIEW - Artistes caméléons, Larry et Laurent Bourgeois ont fait une infidélité à Beyoncé pour s'inviter dans deux films hollywoodiens cette année. Après le reboot de "Men in Black", les danseurs originaires de Sarcelles sont au générique de l'adaptation de la comédie musicale culte "Cats" dès le 25 décembre au cinéma. Un rôle presque fait pour eux, qui se décrivent comme "un peu perchés".

Ils cumulent plus de 3 millions d'abonnés sur Instagram. Une popularité à l'image de leur aisance dès que la musique se lance. Impressionnante. Larry et Laurent Bourgeois sont tellement bons dans leur domaine que même Hollywood ne peut plus se passer d'eux. Ceux qui accompagnent Beyoncé sur scène depuis huit ans ont ajouté en 2019 une ligne de plus sur leur CV : acteurs. 

Au printemps, les Twins ont usé de leurs prouesses artistiques face à Chris Hemsworth dans "Men in Black : International". Des extraterrestres plus vrais que nature selon leur partenaire de jeu. "Ce sont des aliens, n’est-ce pas ? Ils sont synchro dans leur manière de bouger, ils finissent les phrases l’un de l’autre. Ce n'est même plus de l’alchimie entre jumeaux. Ça va au-delà, c’est quelque chose d’un autre monde. J’ai été hypnotisé dès le départ", nous disait la star de "Thor" au moment de la sortie du film.

Lire aussi

Voilà tout le pouvoir des jumeaux de 31 ans originaires de Sarcelles. Surprendre, encore et toujours. Ce n'est d'ailleurs pas le duo qui est venu à "Cats" mais "Cats" qui est venu à eux. Contactés par le réalisateur Tom Hooper ("Les Misérables", "Le Discours d'un roi"), les danseurs lui ont offert un premier contact inoubliable. "On n'a jamais fait d'audition donc la première rencontre, c'était rapide", nous raconte Larry Bourgeois dans un chic hôtel londonien. Tous les deux refusent de se faire filmer et demandent à en apprendre plus sur son projet d'adaptation au cinéma de la comédie musicale culte d'Andrew Lloyd Webber. 

Faut pas mentir et il faut dire aussi qu'on a le corps très habité. On est quand même perchés- Larry Bourgeois

"Laurent se met en position de chat, il commence à faire des mouvements. Je n'appelle même pas ça danser, j'appelle ça une discussion corporelle", commente Larry Bourgeois. Un échange qui se clôt par des larmes de Tom Hooper et un contrat en poche. Pendant trois mois, tous les acteurs de "Cats" ont rejoint une "cat school" - littéralement une école pour chats - pour apprendre à se déplacer et agir comme un félin. Tous, sauf eux. "La prof disait qu'on était la perfection. Je pense que c'est inné chez les gens qui savent faire rire leur famille à la maison. Si un de mes neveux ou nièces me demandent d'être une girafe, ils vont croire que j'en suis une car je vais vraiment le faire. J'en ai marre des danseurs qui essaient d'être un chat. Sois un chat !", insiste Laurent Bourgeois.

"Faut pas mentir et il faut dire aussi qu'on a le corps très habité. On est quand même perchés. Quand on veut faire les choses bien, on se donne quand même la peine", ajoute Larry Bourgeois. Résultat ? 14 heures de danse par jour passées sur le plateau, à reproduire encore et encore les chorégraphies. "Quand tu regardes 'Cats', le boulot qu'on a fait était bien plus sanglant que 'Men in Black'", commente Laurent Bourgeois. Leur investissement est aussi touchant que le film est étrange. Du tournage en justaucorps, il ne reste à l'écran qu'un spectacle complètement fou, parfois gênant, où les acteurs peinent à disparaître derrière leurs costumes de chats numériques. Et dont les Twins sont au final presque absents.

C'est aussi ça Hollywood. L'assurance d'avoir son nom au générique sans celle d'apparaître à l'écran. Onze ans après leur premier passage dans l'émission "Incroyable talent", les Twins ont fait le tour du monde, ont enchaîné les campagnes de pub et ont même raflé un demi-million de dollars en remportant le concours de Jennifer Lopez "World of dance" sur NBC. Les jeunes hommes qu'ils étaient au moment de leur audition à la télévision française s'imaginaient-ils aller aussi loin ? "C'était un mouvement sûr. C'était sûr qu'on allait arriver même bien plus loin qu'aujourd'hui. Je suis même choqué qu'on ne soit pas plus loin. Mais on en a fait des choses quand même, mon dieu", répond Laurent Bourgeois. 

Voir aussi

Quand il évoque le passé, son frère Larry assure qu'il n'a "plus de rancoeur", "ce petit truc qui fait mal en France". "Vous savez, en France on se parle beaucoup entre artistes et on se dit presque la même chose. C'est marrant, les Français perdent leurs meilleurs artistes. Ils ne vivent plus en France, ils préfèrent vivre ailleurs. C'est vraiment dommage. Je suis obligé de représenter la France dans le monde entier mais pas en France, c'est ça le problème. On aurait aimé ouvrir une école de danse en France, au lieu de le faire en Inde ou au Japon. Ce n'est pas du business, c'est que les gens nous ont acceptés. D'autres ne l'ont pas fait", regrette-t-il.  "On revient juste à 'Incroyable talent' alors que le reste... On a fait énormément de choses incroyables. Pas un seul danseur depuis des années a fait ce que nous on a fait. Et ce n'est pas fini", conclut-il. Vous voilà prévenus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent