VIDÉO - Le Kestuf’ d'Alexandre Aja, le réalisateur de "Crawl" : "Mon film préféré de 2019, c'est Joker !"

VIDÉO - Le Kestuf’ d'Alexandre Aja, le réalisateur de "Crawl" : "Mon film préféré de 2019, c'est Joker !"

INTERVIEW – Le réalisateur français Alexandre Aja poursuit son petit bonhomme de chemin à Hollywood avec "Crawl", un film de survie qui a cartonné cet été au box-office. A l’occasion de sa sortie en Blu-Ray et DVD, il est l’invité du Kestuf’ de LCI.

"J’espère que c’est un film qui est épuisant… dans le bon sens du terme !", sourit Alexandre Aja à propos de "Crawl". Tourné avec un budget dérisoire de 13,5 millions de dollars, ce concentré de sensations fortes en a rapporté près de 100, preuve que son auteur est devenu l’un des artisans les plus efficaces du cinéma de genre actuel après "La Colline a des yeux", "Horns" et autre "Piranha 3D". "Crawl", c’est l’histoire de Haley, une jeune femme dont la Floride natale est frappée par un ouragan de catégorie 5. 

Sans nouvelle de son père, elle part à sa recherche et le retrouve prisonnier du sous-sol de la maison familiale, sous la menace d’une invasion d’alligators…

"Je ne sais pas si c’est le film le plus terrifiant que j’ai fait. Mais j’espère que c’est le plus intense", avoue le réalisateur qui s’est visiblement beaucoup amusé avec les codes du film de survie en se jouant sans cesse des attentes des spectateurs. "Je l’ai imaginé comme une sorte de tour de montagnes russes. Ce n’est pas le plus gore de mes films, ce n’est pas le plus traumatisant. Ce n’est pas le plus violent non plus. Ce n’est même pas vraiment un film d’horreur… mais c’est vraiment un film d’expérience !"

Son film de l'année ? Joker

Pour se documenter, Alexandra Aja a visionné des heures et des heures d’images d’alligators sur Internet. Et il n’a pas été déçu du voyage. "Ce qui est le plus fascinant chez eux, c’est à quel point leur corps entier est une sorte de capteur qui même sous l’eau, leur permet de sentir en train de marcher sur la rive", raconte-t-il, enthousiaste. "Et puis derrière cette manière qu’ils ont d’attaquer. Ils vont d’abord t’attraper avec leur mâchoire. Et après faire ce qu’on appelle le 'death roll'. Se mettre à tourner dans leur axe pour finalement te démembrer un peu comme une cuisse de poulet."

Aux Etats-Unis, "Crawl" est trouvé un ambassadeur de choix en la personne de Quentin Tarantino qui en a fait son film dans l’année, dans un classement paru début novembre. "Il a très bon goût !", s’amuse Alexandre Aja qui avoue lui être un peu resté sur sa faim à la sortie de "Once upon a time… in Hollywood". "Je trouve qu’il y a de scènes qui sont absolument fascinantes. En particulier celle du ranch. Mais avec Tarantino on a de telles attentes… Il faut que je le revoie une ou deux fois pour vraiment l’apprécier au-delà des espérances", assure le Français.

Lire aussi

 Son film préféré à lui en 2019 ? "Malgré toute la polémique possible et imaginable, je dirais Joker", répond Alexandre Aja après une demi-seconde d’hésitation à peine. Si à Hollywood, le blockbuster psychotique de Todd Philipps est montré du doigt pour son ambiguïté morale, le cinéphile savoure la prise de risque. "Ce n’est pas évident de se dire qu’on va faire un film à la Scorsese, entre "Taxi Driver" et "King of Comedy" ( La Valse des Pantins en VF). Et de réussir quelque chose qui transcende presque ces deux films. C’est très impressionnant."

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden, le jour de l’investiture, à suivre en direct demain, dès 6h, sur LCI

EN DIRECT - Covid : l'Allemagne durcit et prolonge ses restrictions jusqu'à mi-février

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Dans sa vidéo d'adieu, Donald Trump exhorte à "prier" pour le succès de l'administration Biden

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Lire et commenter