Yann Moix arrête la promotion de son livre et "se met en retrait des médias"

Sorties

COUP D'ARRÊT - L'auteur du roman "Orléans", dans lequel il décrit les violences qu'il aurait subies durant son enfance, a choisi de ne plus s'exprimer dans la presse en réaction aux différentes polémiques qui le touchent.

Vous ne l'entendrez plus. Au moins pour un temps. Yann Moix a décidé de ne plus prendre la parole publiquement sur son roman Orléans, oeuvre la plus commentée de cette rentrée littéraire. "Après s'être exprimé, notamment à l'émission 'On n'est pas couché', l'auteur a choisi de mettre un terme à la promotion de son livre et de se mettre en retrait des médias", a indiqué la maison Grasset dans un communiqué transmis à l'AFP.

L'auteur de 51 ans avait débuté sa tournée médiatique en août dans une interview à "Sept à Huit", dans laquelle il revenait sur le cœur de son récit. Dans son dernier roman, il réitère les accusations de maltraitances et d'humiliations répétées qu'il portait déjà à l'encontre de ses parents en 2006 dans Panthéon.  "Je considère qu’ils n’existent plus", avait-il déclaré à propos de son père et de sa mère sur TF1.

Le jeune homme que j'étais, je lui cracherais dessus aujourd'hui- Yann Moix dans "ONPC"

Son père José a à plusieurs reprises nié les faits reprochés par son fils, participant à un drôle de règlement de comptes familial par médias interposés. Alexandre Moix, le frère cadet du romancier, a affirmé que son aîné était en fait "son bourreau", parlant de "sévices et d'humiliations d'une rare violence" dans une lettre ouverte publiée par Le Parisien. À ce déchirement familial, s'est ajoutée une autre polémique marquée par de graves accusations d'antisémitisme. Mis en cause par L'Express, Yann Moix a reconnu avoir dessiné des caricatures antisémites et écrit des textes négationnistes dans une revue étudiante il y a une trentaine d'années.

Lire aussi

"Je demande pardon pour les dessins abjects, choquants que j'ai commis à 20 ans. Le jeune homme que j'étais, je lui cracherais dessus aujourd'hui (...). Pardon pour ces bandes dessinées (…) Je n'avais pas les épaules assez larges pour me suicider physiquement alors je me suis suicidé moralement. J'ai un dégoût de moi-même, ce raté, cet être méprisé et méprisable. Je me vomissais", a-t-il déclaré samedi soir dans  "On n'est pas couché" sur France 2 samedi soir, émission dont il était l'un des snipers il y a deux ans. Un mea culpa qui n'a pas convaincu les téléspectateurs qui se sont exprimés sur les réseaux sociaux

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter