Accident au stade d’Amiens : un stadier du LOSC dit avoir "signalé que la grille bougeait" et déplore "une négligence"

POLÉMIQUE - L'accident survenu dans le stade d'Amiens samedi soir aurait-il pu être évité ? C'est en tout cas ce qu'affirme Jean-Claude Buisine dans L'Equipe. Ce stadier du LOSC fait partie des 29 blessés.

Deux jours après l'accident qui s'est produit lors de la rencontre entre Amiens et Lille et qui a fait 29  blessés, la polémique se poursuit autour de l'état du stade d'Amiens. Si le président du club local, Bernard Joannin, a présenté ses excuses à Marc Ingla, le directeur général du LOSC, après avoir accusé dans un premier temps les supporters lillois, il n'en démord pas : il n' y a pas eu de négligence de sécurité.


"La dernière commission de sécurité qui était là jeudi (pour valider les travaux sur la toiture) n'a rien eu à redire", confie-t-il à nos confrères de L'Equipe. "A partir du moment où une commission de sécurité nous donne accord pour ouvrir… Ce ne sont pas nous les techniciens."

En vidéo

Amiens-Lille : Joannin accuse les ultras du LOSC

Jean-Claude Buisine n'est pourtant pas de cet avis. Cet homme de 52 ans fait partie des 29 victimes. Stadier du LOSC, il était dans le parcage lillois avec 24 autres collègues. Aux affirmations de Bernard Joannin, il répond, également dans L'Equipe : "Nous, on était déjà au courant qu'il y aurait cinq cent cinquante personnes qui venaient. C'est pour ça qu'on est venus à 25 agents de sécurité." Une information qui leur était parvenue quinze jours avant le match. 


Il assure surtout avoir signalé que la barrière n'était pas en parfait état : "Quand on est arrivés, on a vérifié les grilles. C'est la première chose qu'on fait quand on arrive au stade. Il y avait énormément de jeu. Donc on était déjà choqués. Mais on était aussi choqués de l'état de la tribune". Avec ses collègues, ce stadier affirme avoir signalé à son responsable "que la grille bougeait". Il qualifie d'"honteux" le fait de "parquer des gens dans un truc comme ça". Des grilles trop basses, une barrière brinquebalante et des panneaux publicitaires présents en-dessous "maintenus avec des Colson", c'est-à-dire des attaches en plastique. "Il y a eu une grosse négligence au niveau de la sécurité. C'est un miracle que je m'en sorte avec des contusions au dos", raconte-t-il, jugeant également miraculeux "qu'il n'y ait pas eu de morts".

En vidéo

Effondrement d'une barrière à Amiens : le stade de la Licorne en question

Une enquête pour "blessures involontaires" a été ouverte sous l'autorité du parquet d'Amiens. Elle devra "déterminer pourquoi il y a eu cette rupture", a affirmé à l'AFP le procureur Alexandre de Bosschère. "Nous cherchons à savoir s'il y a eu des manquements particuliers", a-t-il dit, précisant : "Nous avons placé des scellés sur le site, qui fera l'objet d'une expertise dans les prochains jours". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Barrière effondrée au stade d'Amiens

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter