Accident de Jules Bianchi : Alain Prost pointe "une erreur du commissaire"

Accident de Jules Bianchi : Alain Prost pointe "une erreur du commissaire"
SPORT

FORMULE 1 - La question des responsabilités se pose dans le grave accident du pilote français Jules Bianchi. Pour Alain Prost, un commissaire de piste a manqué à sa mission de sécurité, dimanche lors du Grand Prix du Japon.

Dans un état critique, Jules Bianchi suscite l'inquiétude. Et déjà les questions entourant les conditions dans lesquelles s'est produit l'accident du pilote français âgé de 25 ans se posent. Y a-t-il eu une faille dans l'organisation du Grand Prix du Japon de Formule 1 sur l'épineuse question de la sécurité alors que le pilote Marussia est venu s'encastrer dans un véhicule de levage déployé au bord de la piste du circuit de Suzuka pour évacuer une monoplace accidentée ? C'est ce que pense Alain Prost.

"L'entrée de cette grue sans le régime de la voiture de sécurité est totalement inacceptable. C'est une vraie faute à ne pas renouveler", a lâché le quadruple champion du monde de F1, lundi sur Europe 1 . "Il y a une faute, ça c'est clair. (...) Il faut simplement la dénoncer", a insisté Prost. "De qui elle vient exactement, j'ai encore un tout petit doute. Est-ce qu'elle vient de la direction de course ou des commissaires placés à ces virages-là ? Il a fallu prendre une décision quant à l'entrée sur la piste pour dégager la voiture de Sutil. Est-ce qu’elle a été prise par la direction ou par les commissaires ?", s'est-il interrogé.

"Il aurait dû être au moins 100 mètres plus loin"

Alain Prost a pourtant une idée précise sur la question. "On voit un commissaire de piste agiter le drapeau vert juste derrière la grue, normalement il annonce aux pilotes que la piste est dégagée. Il aurait dû être mis au moins 100 mètres plus loin. (...) C'est une erreur du commissaire", a poursuivi Prost. "Le travail de la FIA (Fédération internationale de l'automobile), de l'organisation des courses, jusqu'à présent a été pratiquement irréprochable. (...) Depuis des années, (la règle), ça a été d'essayer de prendre le risque minimum. On a modifié les voitures, beaucoup les circuits. La gestion de la course, ce n'est pas là-dessus que je pointerai le doigt".

EN SAVOIR + >> Les images impressionnantes de l'accident

L'analyse de Prost fait écho aux propos tenus par le vidéaste amateur par qui les images de l'accident ont filtré sur Internet. "La Formula One Management (société qui produit toutes les images de la F1, ndlr) ne m’a pas contacté, et je crois qu’ils essaient d’enterrer la vidéo, parce qu'elle montre toutes les erreurs commises. J’ai partagé cette vidéo pour que la vérité soit montrée à tous les fans de F1", a soutenu ce Canadien.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la barre des 20.000 hospitalisations franchie, plus de 3000 patients en réanimation

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

Reconfinement : ce que l'on sait des pistes envisagées par l'exécutif

Les écoles et les collèges vont-ils rester ouverts en cas de reconfinement ?

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent