Amélie Mauresmo : "Ça n'a jamais été la Fed Cup ou Andy Murray"

SPORT
TENNIS - Quelques minutes après l'annonce faite par le joueur britannique de leur nouvelle collaboration, la capitaine de l'équipe de France de Fed Cup a organisé une conférence de presse dimanche à Roland-Garros. Et Amélie Mauresmo a raconté comment elle est devenue la coach d'Andy Murray.

Dans quel était d'esprit êtes-vous face à ce nouveau challenge ?
J'ai hâte que ça commence, là, c'est encore un peu abstrait et ce que j'aime moi c'est être dans l'action. Ça va aller très vite puisqu'on va travailler ensemble pendant la saison sur herbe (du 9 juin au 13 juillet). L'idée, ce n'est pas de faire du full time mais d'être présente au quotidien durant cette période.

Cela veut-il dire que vous continuez à être capitaine de l'équipe de France de Fed Cup ?
Dans ma tête, ça ne change rien pour l'équipe de France. Ça n'a jamais été la Fed Cup ou Andy Murray. Après, je dois en parler avec les filles avant le tournoi de Wimbledon pour voir si après deux ans, tout le monde veut qu'on continue à travailler ensemble. Mais sinon, cela ne pose aucun problème.

"C'est lui qui m'a contacté et c'était un peu surprenant"

Comment vous êtes vous rapprochée d'Andy Murray ?
C'est lui qui m'a contactée et c'est vrai que c'était un peu surprenant. Ensuite on a longuement parlé et ça m'a paru être un superbe challenge. On a besoin d'encore un peu plus se connaître car avant ça, je n'avais pas de rapport particulier avec Andy. Après, il faut voir si ça me plaît et surtout si lui se sent bien.

Que pensez vous pouvoir lui apporter ?
Moi je veux aider Andy à atteindre ses buts : défendre son titre à Wimbledon, remporter plus de tournois du Grand Chelem... Mais l'idée, ce n'est pas de se dire qu'il faut que cela fonctionne tout de suite, on est dans une logique de moyen terme.


 

Lire et commenter