Sans salaire depuis plusieurs mois, les joueurs de football argentins se mettent en grève

Sans salaire depuis plusieurs mois, les joueurs de football argentins se mettent en grève

MONEY, MONEY - Le championnat d'Argentine de football devait reprendre vendredi après la trêve estivale, mais le premier coup de sifflet a été reporté... en raison d'une grève des joueurs, protestant contre des retards de salaires qui durent depuis plusieurs mois.

Le football est en crise au pays du ballon rond. Alors que l'État était détenteur des droits TV, le gouvernement aux affaires depuis un peu plus d'un an a décidé de ne plus financer le programme de football gratuit pour tous et les clubs en pâtissent. En signant jeudi un chèque de 22 millions de dollars en faveur de l'AFA, association du football argentin, le gouvernement argentin pensait avoir acheté la paix sociale. Mais les joueurs de première division ont mis a exécution leur menace de grève. Ils jugent le montant du paiement insuffisant. Certains d'entre eux n'ont pas perçu leur salaire depuis 3 à 4 mois, rapporte l'AFP.

Le football doit commencer- Diego Maradona

En Argentine, l'affaire devient un scandale national au point que l'ancienne gloire du football argentin Diego Maradona a réagi : "Le football doit commencer, ça suffit", a-t-il déclaré au journal sportif Olé. De son côté, la Fédération argentine (AFA) a publié un communiqué appelant les joueurs à reprendre le championnat vendedi pour la 15e journée, sous peine de sanctions.

Lire aussi

En vidéo

Disparition de Raymond Kopa, légende du football

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

EN DIRECT - Covid-19 : des "mesures restrictives" pour les Français souhaitant skier à l'étranger : Macron crée la polémique

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter