Athletic Bilbao - FC Porto : Brahimi enfin reconnu à sa juste valeur

SPORT

LIGUE DES CHAMPIONS – Arrivé cet été chez le récent 3e du Championnat portugais, Yacine Brahimi a découvert un club bien plus ambitieux que les précédents qu'il a fréquentés. Adopté par une large partie des supporters en quelques semaines à peine, il tentera ce mercredi à Bilbao, d'entraîner les siens vers la qualification en huitièmes de finale.

Il n'aura fallu que quelques semaines à Yacine Brahimi pour qu'il s'impose dans sa nouvelle équipe. Titulaire indiscutable au FC Porto, le natif de Paris a préféré s'épanouir de l'autre côté des Pyrénées, estimant qu'en France son talent n'était pas reconnu à sa juste valeur. Rennes, son club formateur, n'a pas su gérer le talent de leur protégé, l'envoyant deux fois en prêt (à Clermont en 2009) puis à Grenade (en 2012), avant de le laisser filer pour une somme plus que modique : 2,5 millions d'euros.

Pour les Espagnols, l'affaire était trop belle. En Andalousie, le Franco-Algérien raflera le titre de meilleur joueur africain de la Liga (2014). Anecdotique certes, mais suffisant pour convaincre les Dragons de Porto de poser 6,5 millions sur la table. Le week-end dernier, Brahimi a inscrit un but exceptionnel contre Funchal, confirmant une fois de plus tout le bien qu'on pensait de lui.

Le n°8, celui de Rabah Madjer

Dans un club reconnu pour ses méthodes de recrutement plus qu'astucieuses, Brahimi s'est immédiatement senti comme un coq en pâte. Buteur lors du tour préliminaire face à Lille , puis auteur d'un triplé lors du premier match de poule contre le Bate Borisov, il s'est affublé de superlatifs élogieux par la presse lusitanienne qui n'en demandait pas tant. Déjà séduite par ses prestations avec les Fennecs lors de la dernière Coupe du Monde, elle s'est empressée de mentionner un certain Rabah Madjer, dernier Algérien à avoir brillamment porté les couleurs des Dragons et inventeur du geste éponyme réalisé en finale de Coupe d'Europe des clubs champions en 1987.

En guise d'hommage à son illustre prédécesseur, Brahimi a opté pour le même numéro de maillot. Ne craignant visiblement pas la comparaison, le joueur de 24 ans s'éclate avec Porto et donner des regrets aux dirigeants bretons du moment. Car à force d'enchaîner les exploits, ce sont d'autres sirènes qui retentissent : celles du PSG cet été , mais aussi celles des très grands clubs européens. Il n'y pas si longtemps, un certain James Rodriguez jouissait d'un tel statut à Porto et il joue au Real Madrid désormais.

Sur le même sujet

Lire et commenter