Athlétisme : la folle soirée de l'équipe de France

SPORT
DirectLCI
EUROPE - La journée de jeudi a vraiment été spéciale pour l'équipe de France. Outre une moisson de médailles (trois au final), les Bleus ont surtout vécu au rythme des disqualifications, jugée scandaleuse pour Mekhissi, plus discrète et justifiée pour Bascou. Vendredi devrait à nouveau apporter son lot d'émotions.

Qui mélange les alcools se lève avec la gueule de bois. C'est un peu le sentiment que doit garder en bouche l'équipe de France, ce vendredi, au lendemain d'une soirée vraiment folle pour l'athlétisme français. Lors des Championnats d'Europe de Zurich, deux Tricolores ont en effet été disqualifiés pour deux raisons différentes : un maillot retiré un peu trop tôt pour Mahiedine Mekhiss i, vainqueur facile du 3000 m steeple, et un pas sur le mauvais couloir pour Dimitri Bascou, bronzé sur le 110 m haies.

''C'est les émotions qui ont parlé'', plaidait le premier à l'arrivée de la course.

''Je pensais simplement célébrer ma victoire comme un joueur de foot'', détaillait-il sur son compte facebook un peu plus tard. Sauf qu'un footeux attend d'avoir marqué pour ôter son maillot (et recevoir un carton jaune), tandis que le Rémois l'a fait avec encore une soixantaine de mètres à parcourir. Et le règlement l'interdit, et oblige même à conserver le maillot du pays pour le tour d'honneur !

Ça, c'est la version officielle donc. Dans les faits, ''la démarche espagnole est antisportive'', juge le Directeur technique national Ghani Yalouz. Les Ibériques ont en effet saisi l'opportunité de poser une réclamation, alors que le vainqueur n'avait reçu qu'un carton jaune de la part des juges, pour récupérer une médaille, alors que leur athlète n'était que 4e de la course.

Ghani Yalouz : ''Quand on voit l'histoire de Mahiedine, et avec quelle facilité il a gagné, la démarche des Espagnols est antisportive, c'est lamentable. Sincèrement, il n'y avait pas photo. Ils ont joué sur le fait que c'est l'arbitre qui a mis le carton jaune, on attaque l'arbitre, c'est de la stratégie, on s'est fait avoir par la stratégie, mais on ne l'oubliera pas.''

Kowal, une demande en mariage et un or (par défaut)

Mekhissi disqualifié, c'est donc Yoann Kowal, 2e, qui est sacré champion d'Europe. Lequel savoure beaucoup moins cette victoire que sa médaille d'argent. ''Franchement, ça enlève une partie du plaisir, déclarait-il en zone mixte. Demain (vendredi), je ne monterai pas sur la première marche du podium. Enfin, je ne sais pas si j'ai le droit...''

Dommage pour lui, alors que la soirée avait jusqu'ici été parfaite : après sa médaille, sa copine venait d'accepter la demande en mariage qu'il lui avait faite... sur la piste !

Martinot-Lagarde, bronzé déçu

Voilà pour la grosse bouteille d'alcool fort qui passe mal. Mais restait encore le digestif pour les Bleus. Quelques minutes plus tard, les dirigeants apprenaient la disqualification de Dimitri Bascou, joli 3e du 110 m haies , coupable d'avoir marché une fois dans le couloir adverse dans la dernière ligne droite, alors qu'il avait perdu l'équilibre. Cette fois, pas de réclamation du Hongrois, mais une décision des juges. Résultat, c'est Pascal Martinot-Lagarde, favori mais 4e de la course, qui se retrouve sur le podium. Presque à contre coeur.

''Franchement, 4e ou 3e, c'est presque la même chose, se plaignait PML. Pour moi, le but était de mettre deux Français sur le podium. On n'en a mis qu'un, ce n'était pas moi mais c'était quelqu'un qui avait le même maillot, et ça suffisait.''

Le 1500 m avec ou sans Mekhissi ?

Ce vendredi livrera également son lot d'émotions. Mekhissi sera aligné sur les qualifications du 1500 mètres dans la matinée... si les règlements ne le lui interdisent pas ! La décision ne sera prise que quelques minutes avant la course. S'il peut concourir, le Français sera revanchard, et pas qu'un peu, promet déjà le DTN. Ensuite viendront les Diniz (50 km marche), Lemaitre (200 m), Bosse (800 m), Nana Djimou (fin de l'heptathlon F) et Soumaré (200 m F), pour autant de chances de médailles.

Sur le même sujet

Lire et commenter