Avec le Mondial 2015, et avant la Coupe du monde de foot 2022, le Qatar a-t-il réussi son test ?

Avec le Mondial 2015, et avant la Coupe du monde de foot 2022, le Qatar a-t-il réussi son test ?

SPORT
DirectLCI
HÔTE - Pour la première compétition de sport collectif organisée sur son sol, l’émirat a impressionné les visiteurs lors de ce Mondial. Malgré quelques errements, le Qatar a fait un premier pas encourageant, à sept ans de la Coupe du monde de football qu’il est supposé accueillir.

"Les plus beaux Mondiaux de l’Histoire". Le compliment est de Hassan Mustapha, président égyptien de la Fédération internationale de handball, lors de la cérémonie de clôture qui a suivi le sacre (le 5e) de nos Bleus, dimanche . Pour sa première compétition de sport collectif organisée dans l’émirat, le pays a fait les choses en très grand.

Pharrell Williams, Jason Derulo ou encore Kylie Minogue sont venus chanter à Doha. Des supporters et journalistes de tous les pays qualifiés ont été invités dans des hôtels estampillés cinq étoiles. Des affiches à la gloire du hand recouvraient les buildings du Golfe. Et les arenas, flambant neuves et équipées de restaurants, stands commerciaux et jeux pour les fans, ont constitué un écrin apprécié des spectateurs.

La prestation de Pharrell Williams à Doha :


Une réussite. Alors pas question pour les organisateurs de ne pas s’en vanter. "Il y a eu beaucoup de campagne contre le Qatar, soulignait en fin de semaine dernière le Dr Al-Thani al-Kurawi, directeur général du comité d’organisation. Mais notre réponse aux sceptiques a été ce succès." Et d’enchaîner, aussitôt : "Nos efforts prouvent que le Qatar est capable d’organiser des événements majeurs, même les Jeux olympiques, pas seulement la Coupe du monde", allusion à la candidature inévitable de son pays à des JO. 

Des supporters refoulés malgré leurs billets

Le Mondial 2022 de football reste néanmoins LA grande échéance de l’émirat. Et rien à voir avec le Brésil et ses retards de préparation. Plusieurs stades sont déjà édifiés, les autres sont en cours. Et à quel prix ( Human Right Watch l'an dernier soulignait les conditions déplorables des ouvriers sur les chantiers) . D’ici à trois ans à peine, le métro devrait être opérationnel et aidera à régler, en partie, les problèmes de bouchon dans les grandes artères de Doha où il faut parfois une bonne heure pour parcourir une dizaine de kilomètres. Bluffant à première vue, le Qatar a néanmoins connu quelques couacs, à l’image des supporters allemands refoulés à l’entrée de la salle alors qu’ils avaient leur place. Le prétexte ? Leur équipe n’était plus qualifiée. Et il fallait faire de la place aux Qatariens qui, eux, entraient sans payer.

Reste la question du climat. Si les 25 degrés ont été appréciables en cette fin de mois de janvier, "il sera impossible de jouer un Mondial de foot en été, sauf dans des stades climatisés", affirme Alexandre, un expatrié français qui a passé un an à Doha, dont trois mois cloitré dans son appartement avec l’air climatisé pour faire face aux 50 degrés de la saison chaude. Et le soleil est peut-être la seule chose contre laquelle tout l'or du monde ne peut rien.

EN SAVOIR + 
>>  Avec le hand, le Qatar se fait la main
>> A la rencontre des supporters français venus jusqu'à Doha
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter