Axel Michon, retour au quotidien d'un joueur anonyme

Axel Michon, retour au quotidien d'un joueur anonyme

SPORT
DirectLCI
TENNIS – Bénéficiaire d'une wild card, le jeune Français (23 ans et 206e joueur mondial) s'est incliné logiquement au deuxième tour de Roland-Garros. Une défaite sèche (6-2, 6-3, 6-2) face au Sud-Africain Kevin Anderson (n° 20), qu'Axel Michon a voulu positiver.

"Ce n'est que du bonus". Voilà ce que s'est dit Axel Michon lorsqu'il est entré sur le court n° 7 jeudi pour disputer son deuxième tour face à Kevin Anderson . Joueur français le plus mal classé encore en lice à Roland-Garros, le 206e joueur mondial, qui a bénéficié d'une invitation, n'a logiquement pas fait le poids face au Sud-Africain, tête de série n° 19 (6-2, 6-3, 6-2).

"Il est 20e mondial, c'est un très bon joueur, a expliqué le jeune parisien âgé de 23 ans. J'avais statistiquement peu de chances de gagner mais honnêtement, j'ai joué et j'y ai cru." Pas de regret, ou presque, pour celui qui trouvait tout de même "un peu sévère" le score de cette rencontre. "Je ne sais pas, j'ai eu l'impression de perdre beaucoup de jeux à 40 A, mais ne suis peu-être pas lucide, a notamment confié Michon. J'ai eu la sensation que cela ressemblait plus à un 6-3 6-4 6-3, dans le sens où il y a eu des duels, il a eu des difficultés à faire ses jeux de service et je l'ai breaké."

"La République Tchèque, Prague puis les qualifications de Wimbledon"

Et c'est vrai que celui qui avait réussi l'exploit de passer le premier tour, face à l'Américain Bradley Klahn (71e), n'a pas de quoi rougir de son parcours. Joueur élégant, il a confirmé les qualités qu'avaient laissées entrevoir son titre de champion de France 17-18 ans en 2009. Mais depuis, rien ou pas grand-chose pour Michon, dont le quotidien est rythmé par les tournois de rangs inférieurs, pour lesquels il faut parvenir à financer tant bien que mal les frais de déplacement.

Son programme ? "Je suis censé aller la semaine prochaine à Prostejov, en République Tchèque, jouer un gros Challenger, un 100 000 ou un 125 000 dollars, puis Prague et les qualifications de Wimbledon", explique-t-il. Dans quelques jours, son passage à Roland sera donc déjà loin, car au final, ce deuxième tour n'aura pas changé sa vie.

Un chèque de 42 000 euros pour lui

"Pour ça, il aurait fallu que je fasse un quart de finale, affirme Michon. Mais ce match va changer des choses dans le sens où j'ai goûté à cela et cela va me donner envie de faire encore plus, cela va alimenter ma motivation." Mais aussi les finances. Car avec le chèque de 42 000 euros qu'il va toucher, le joueur va tout de même pouvoir faire face aux frais d'une saison complète.

"Si je devais chiffrer, ce serait 30 ou 40 000 euros par an, déplacements, hôtel... estime le 206e joueur. Après, plus on monte, plus on fait des résultats, mieux c'est. Je vais jouer des Challengers, gagner plus d'argent et ne pas payer l'hôtel ; donc cela aussi, c'est positif." Ilustration qu'une vie de tennisman au niveau d'Axel Michon est aussi compliquée que celle d'une petite entreprise.

Sur le même sujet

Lire et commenter