Règles, vote, classement : comment le Ballon d'Or 2021 va-t-il être décerné ?

Règles, vote, classement : comment le Ballon d'Or 2021 va-t-il être décerné ?

ATTRIBUTION - Propriété de France Football, le magazine inventeur et hébergeur du prix récompensant le meilleur joueur du monde et de l'année, la prestigieuse récompense va être de nouveau décernée, lundi 29 novembre, à partir de 20h30. Avant de connaître le nom du lauréat du Ballon d'Or, LCI vous explique qui vote et comment ça fonctionne.

Le Ballon d'Or a déjà eu plusieurs vies. Lundi 29 novembre, à partir de 20h30, le nom du lauréat du 65e Ballon d'Or France Football sera révélé au monde entier. Le reste du classement sera lui dévoilé à partir de 17h par le magazine. Après une édition 2020 vierge et sans lauréat, en raison de la pandémie de Covid-19, le prix tant convoité va être remis en jeu cette année. À l'occasion de cette cérémonie, qui sera présentée notamment par Didier Drogba depuis le Théâtre du Châtelet à Paris, seront décernés également le Ballon d'Or féminin, ainsi que le trophée Kopa du meilleur jeune et le trophée Yachine du meilleur gardien.

Sur la ligne de départ, ils sont 30 joueurs et 20 joueuses à vouloir inscrire leur nom au palmarès de la plus prestigieuse des récompenses individuelles. Chez les messieurs, Lionel Messi, six Ballons d'Or à son actif, un record absolu, pourrait conserver sa couronne. La partie n'est toutefois pas gagnée pour la nouvelle star du PSG, vainqueur de la Copa America avec l'Argentine. Le trophée est aussi convoité par le Polonais Robert Lewandowski et le Français Karim Benzema. L'un, soulier d'Or européen (41 buts), a été injustement privé du Ballon d'Or en 2020. L'autre, éblouissant avec le Real Madrid, a réussi son retour en équipe de France, après plus de cinq ans d'absence, en soulevant la Ligue des nations, son premier trophée en Bleu.  

À moins que le Ballon d'Or ne désigne un successeur à Fabio Cannavaro, le dernier Italien sacré en 2006. Vainqueur de la Ligue des champions avec Chelsea, champion d'Europe avec les Azzurri et déjà couronné joueur UEFA de l'année, Jorginho remplit toutes les cases d'un futur lauréat. Dans la liste des 30 prétendants, qui compte 21 "nouveaux" par rapport à 2019, on retrouve notamment les Français N'Golo Kanté, élu homme du match en demi-finales et finale de la C1, Kylian Mbappé, demi-finaliste avec le PSG, ou encore le Portugais Cristiano Ronaldo, quintuple Ballon d'Or et nommé pour la 17e fois.

Lire aussi

Si l'incertitude règne chez les hommes, il n'y a pas non plus d'évidence chez les dames. Exit Megan Rapinoe, la tenante du titre. L'Américaine, sortie de JO ratés avec la Team USA, ne figure même pas parmi les nommées. Le choix final devrait se faire entre la légende Christine Sinclair, championne olympique avec le Canada et les Espagnoles Alexia Putellas, déjà sacrée joueuse UEFA de l'année, et Jennifer Hermoso, qui ont remporté la Ligue des championnes avec le Barça. Les trois représentantes tricolores, la capitaine de l'OL et des Bleues Wendie Renard et les Parisiennes Marie-Antoinette Katoto et Kadidiatou Diani, championnes de France et demi-finalistes de la C1, devraient se contenter des places d'honneur. 

Un mode d'attribution revu et corrigé

Créé en 1956 par France Football, le trophée qui récompense le meilleur joueur de l'année n'a toutefois pas toujours existé sous sa forme actuelle. La distinction, réservée jusqu'en 1995 aux seuls joueurs européens, évoluant dans un club européen et décernée par des journalistes internationaux, s'est peu à peu ouverte aux joueurs étrangers évoluant en Europe puis à toutes les nationalités en 2007. Ce qui explique pourquoi ni Pelé ni Diego Maradona, qui ont pourtant soulevé la Coupe du monde, ne l'ont jamais remporté.

Son mode d'attribution a évolué en 2010 avec la fusion des titres de Ballon d'Or et de meilleur footballeur de l'année Fifa. Dès lors, le panel a été élargi et le système de notation revu. Le classement a été établi en fonction du vote des 208 sélectionneurs des pays membres de la Fifa, des 208 capitaines des sélections ainsi que d'un panel de 208 journalistes représentant les pays qui composent la Fifa. De là sont nées plusieurs polémiques puisque sélectionneurs et capitaines privilégiaient un vote pour un compatriote ou un partenaire de club, avec pour conséquence directe de ne pas récompenser le meilleur joueur de l'année (Wesley Sneijder en 2011 ou Franck Ribéry en 2013) mais avant tout le meilleur joueur du monde. 

Trois critères pris en compte dans le vote

Avec la fin du partenariat entre France Football et la Fifa, acté en septembre 2016, le magazine a choisi de revenir à une formule plus traditionnelle en s'appuyant sur ce qui avait fait le succès du Ballon d'Or jusqu'alors : le vote unique de 180 journalistes. La liste de 23 joueurs prédéfinie où chacun attribuait des points a laissé place à une liste de 30 nommés publiée en octobre. La deadline pour voter est fixée deux semaines plus tard. Depuis 2018, le même process est appliqué pour le Ballon d'Or féminin, où 50 journalistes spécialistes du football sont appelées à se prononcer pour désigner la gagnante.

Le système de notation est dicté par trois critères, que France Football présente comme "des valeurs" : 1. Les performances individuelles et collectives durant l'année considérée, comprenez le palmarès ; 2. La classe du joueur/de la joueuse, autrement dit le talent et le fair-play : 3. La carrière du joueur/de la joueuse. Il permet d'établir un classement : six unités pour le premier/la première, quatre pour le deuxième/la deuxième, trois pour le troisième/la troisième, deux pour le quatrième/la quatrième et un pour le cinquième/la cinquième. Et donc, d'en tirer un lauréat et une lauréate dévoilés lors d'une cérémonie diffusée sur la chaîne L'Équipe, qui appartient au même groupe que le magazine à l'origine de ce prix.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : un cas positif identifié sur l'île de la Réunion, le premier détecté en France

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Covid-19 : une étude confirme l'efficacité du rappel vaccinal pour contenir les hospitalisations de la 5e vague

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.