Basket : pourquoi les Espagnols de NBA sont là, eux?

Basket : pourquoi les Espagnols de NBA sont là, eux?

MONDIAL 2014 - Championne d'Europe en titre, l'équipe de France voit une montagne se profiler en quart de finale de la Coupe du monde (mercredi à 22 h sur Canal + Sport). L'Espagne, à domicile, fait figure de favorite avec les Etats-Unis et a déjà giflé les Bleus en poule (88-64). Car les Ibériques disposent de toutes leurs forces, notamment leurs joueurs NBA, à l'inverse des Bleus. Voici trois raisons pour l'expliquer.

L'Espagne est à domicile
Pas question, quand on est Espagnol, de manquer une Coupe du monde sur son parquet. Encore moins quand la Roja n'a rien oublié du dernier rendez-vous manqué avec son public : en finale de l'Euro 2007, les Russes étaient venus s'imposer à Madrid, 60-59, face aux Ibériques. Une défaite qui revient dans toutes les bouches des joueurs qui, cette année, ont de belles chances de s'imposer. Avec les Etats-Unis, l'Espagne est considérée comme le deuxième favori. Et l'ambiance ultra-partisane sera ''un élément supplémentaire à affronter'', a déjà prévenu Vincent Collet, le sélectionneur tricolore. ''Contre le Brésil (en poule, ndlr), les joueurs espagnols étaient comme possédés.'' Ils le seront encore plus mercredi soir.

Pour l'amour du maillot
Rudy Fernandez, de toutes les campagnes depuis 2004, l'affirmait avant la Coupe du monde. ''A chaque fin de saison, c'est le coeur qui nous pousse à venir. Nous sommes une grande famille et chaque été, nous avons hâte de nous retrouver.'' Cette grande famille, l'équipe de France ne l'a pas totalement réunie. En l'absence de Tony Parker et de Joakim Noah, autour du noyau d'habitués (Diaw, Pietrus, Gelabale) gravitent des joueurs moins rompus aux exigences internationales, en particulier dans le secteur intérieur. Un exemple? Alexis Ajinça, le pivot des Bleus, a déclaré forfait puisque sa femme attend un enfant prévu pour octobre. Marc Gasol, son homologue espagnol, a fait un aller-retour Madrid-Barcelone mardi pour assister à la naissance de sa fille. Mais sera sur le terrain, mercredi, face à la France.

Les Espagnols se sont reposés l'an dernier
Le 22 septembre 2013, l'équipe de France devenait championne d'Europe. Pendant que la bande à Parker ramenait le premier titre de son histoire, l'Espagne terminait à une honorable 3e place, sans quatre joueurs majeurs : Pau Gasol, Ibaka, Reyes et Navarro. Aujourd'hui, ces quatre cadres sont bien là. Les joueurs NBA de l'Espagne ont même pu souffler avant de préparer la compétition, la saison "américaine" de Pau Gasol et Ricky Rubio s'étant arrêtée à la mi-avril. ''Nous sommes tous arrivés très frais, surtout Pau et moi-même'', se réjouit le second, interrogé par Mundo Deportivo. Tout le contraire de Boris Diaw, sacré champion NBA avec les Spurs le 15 juin. Rincé physiquement, son coéquipier au Texas, Tony Parker, a d'ailleurs préféré faire l'impasse sur ce Mondial qui n'est pas qualificatif pour les Jeux de Rio.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Explosion du variant Delta malgré une vaccination massive : que nous disent les chiffres au Royaume-Uni ?

Comment la propagation du variant Delta pourrait affecter nos vacances

EN DIRECT - Covid-19 : Gabriel Attal appelle à une "vigilance absolue" face au variant Delta

Alerte météo : le département de l'Eure toujours en vigilance orange pour risque de crues

Ralentissement de la vaccination : les explications de Gérald Kierzek

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.