Biélorussie-France : quelle composition d’équipe pour les Bleus ?

SPORT

FOOTBALL – Didier Deschamps devra trancher jeudi soir, alors que son équipe débutera, en Biélorussie, les éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Entre les acquis de l’Euro et la forme du moment des joueurs à sa disposition, son cœur semble balancer.

C’est la sempiternelle question qui agite les suiveurs de l’équipe de France à chaque veille de match : pour quel onze de départ optera le coach ? En général, Didier Deschamps profite du dernier entraînement, à huis clos (c’est-à-dire à l’abri des regards indiscrets), pour effectuer ce qu’on nomme dans le jargon une mise en place tactique. Elle consiste en un petit match sur demi-terrain durant lequel les joueurs comprennent s’ils seront titulaires ou non, puisque ceux qui débuteront sont réunis dans la même équipe. Sauf que cette fois, on ne saura pas : selon L’Équipe.fr, le sélectionneur a fait en sorte de maintenir ses hommes dans l’incertitude la plus totale. Quelques indices permettent, cependant, d’anticiper les choix du technicien. Qui s’articulent en trois questions.

Lire aussi

    • 14-3-3 ou 4-4-2 ?

      Il faut se souvenir que l’équipe de France avait (péniblement) débuté l’Euro en 4-3-3 (4 défenseurs, 3 milieux et 3 attaquants, ndlr) pour (mieux) le finir en 4-4-2. Ce dernier schéma présente l’avantage de replacer Griezmann dans l’axe, là où il se sent le mieux. Mais il n’a fonctionné, durant le tournoi, qu’avec un Sissoko suffisamment en jambes pour virevolter sur l’aile droite. Problème : il n’a joué aucune minute en club depuis le début de la saison. « Moussa va bien. Il a des qualités athlétiques hors normes, et avec la demi-heure qu'il a faite contre l'Italie, plus les séances derrière, il n'y a pas de soucis », a toutefois assuré Deschamps, ce lundi soir, en conférence de presse. Jeudi, à Bari, il avait privilégié le 4-3-3 lors du match (amical) de reprise des Bleus. Mais lorsqu’on dissèque sa liste pour ces deux matchs, on constate qu’elle a été construite pour évoluer dans les deux schémas, mais qu’on ne peut pas composer deux équipes différentes dans le même dispositif avec ces 23 joueurs-là. En clair : Deschamps voulait profiter de l’absence d’enjeu de la première rencontre pour revoir ses joueurs en 4-3-3, mais prévoyait sans doute dès le départ de revenir au 4-4-2 de l’Euro pour le match le plus important. La présence de Sissoko dans le groupe en atteste. Comme le fait que Griezmann, durant les entraînements de samedi et dimanche à Clairefontaine, a constamment évolué dans l’axe.
    • 2Matuidi ou Kanté ?

      On se retrouverait alors avec un binôme au milieu, ce qui implique qu’un des trois titulaires dans ce secteur en Italie débute sur le banc. Partant du principe que Pogba, double passeur décisif jeudi, est incontestable, cela se jouera donc entre les deux autres. Kanté a pour lui d’afficher une forme resplendissante depuis son arrivée à Chelsea cet été, au contraire d’un Matuidi à la fois en manque de rythme et de sérénité. Lors des dernières séances, les deux hommes avaient été alignés ensemble, comme pour les mettre au défi. Mais on imagine très difficilement Deschamps ne pas tendre la main au Parisien, dont l’expérience internationale est précieuse. Surtout que Pogba et lui ont eu le temps de développer des automatismes. Et que, pour ce match, le coach a mis l’accent sur la vitesse de la circulation du ballon.
    • 3Payet ou Martial ?

      Ne reste alors plus qu’une inconnue dans l’équation : celle de l’aile gauche, où Payet s’était installé avec brio juste avant l’Euro. Mais l’attaquant de West Ham n’a joué que 23 minutes depuis retour de vacances et souffrait, la semaine dernière encore, d’une blessure à la cuisse. Du coup, Martial a profité de l’aubaine pour inscrire son premier but en Bleu contre l’Italie. Face à une défense biélorusse probablement très regroupée, le n°11 de Manchester United a, en outre, des qualités de vitesse et de dribble à faire valoir, s’agissant de déborder sur son aile, quand Payet a cette tendance à repiquer dans l’axe… Deschamps devra donc choisir entre la nécessité d’utiliser toute la largeur du terrain avec Martial, et la maîtrise des coups de pied arrêtés (et du 4-4-2) du Réunionnais.

    Notre équipe probable

    Mandanda – Sidibé, Varane (cap.), Koscielny, Kurzawa – Sissoko, Pogba, Matuidi, Martial – Giroud, Griezmann

    En vidéo

    Dernier entraînement des Bleus avant d'affronter la Biélorussie

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter