Canal+ diffusera la L1 et L2 jusqu'à la fin de la saison

Canal+ diffusera la L1 et L2 jusqu'à la fin de la saison

ACCORD - Canal+ et le football français ont trouvé un accord inattendu jeudi 4 février pour la diffusion de la Ligue 1 jusqu'à la fin de la saison, soulageant le secteur à court terme sans pour autant effacer les pertes drastiques entrevues par les clubs après une crise audiovisuelle sans précédent.

Une nouvelle qui soulage les amateurs de football. Dès le 12 février prochain, pour la 25e journée, et jusqu'à la fin de la saison 2020-21, le diffuseur du football français s'appellera Canal+. La filiale de Vivendi, intransigeante avec la Ligue de football professionnel (LFP) ces dernières semaines, a finalement fait un geste envers les clubs, acceptant jeudi de racheter les droits TV de L1 et Ligue 2 délaissés en décembre par le diffuseur défaillant Mediapro, à un prix dérisoire.

Selon plusieurs sources ayant connaissance du dossier, Canal+ a ainsi accepté de verser une allonge de 35 millions d'euros à la LFP, en échange de l'exploitation exclusive de l'intégralité des matches de Ligue 1 et de Ligue 2 lâchés par Mediapro et restant à jouer jusqu'au mois de juin (soit 14 journées de Championnat). 

À la fin de la saison, Canal aura donc déboursé 367 millions d'euros, en plus des 3 millions d'euros négociés selon le média Les Jours (pour les abonnés) pour la co-diffusion dimanche du Classique OM-PSG, et d'une somme non révélée pour la diffusion en janvier du Trophée des champions... Un triomphe pour Vincent Bolloré, Vivendi et Maxime Saada, le patron de la chaîne.

C'est une bonne nouvelle car la situation était assez dramatique- Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais

"C'est une bonne nouvelle car la situation était assez dramatique et la négociation menée par (le patron de la Ligue) Vincent Labrune a été très efficace. Ce n'était pas évident de trouver cette solution", a réagi sur RMC le président de Lyon Jean-Michel Aulas, selon qui Canal "démontre qu'on peut compter sur lui, malgré des positions difficiles ces derniers jours"

Lire aussi

Les clubs n'ont ainsi plus à s'inquiéter de leur manque de visibilité jusqu'au mois de juin… Mais cet accord ne va pas régler instantanément la crise qui les touche depuis de longs mois: selon ces mêmes sources proches du dossier, la LFP a ainsi présenté en conseil d'administration jeudi une baisse de 49% des revenus télévisuels des clubs pour la saison 2020-2021 en Ligue 1, baisse chiffrée à 40% pour la Ligue 2.

Cet accord signera pour de bon le départ de Mediapro du marché, avec la fermeture de sa chaîne Téléfoot, qui doit émettre jusqu'à la fin de la 24e journée, dimanche. Le diffuseur sino-espagnol avait signé une entrée fracassante sur le marché français en 2018, en promettant plus de 800 millions d'euros par an au foot français contre 80% de la L1 et de la L2, dont les 10 meilleures affiches de l'élite. Mais il s'était montré incapable d'honorer ses échéances à l'automne, arguant la crise sanitaire, et avait négocié son retrait en décembre.

Vous aimez le sport ? Alors découvrez le podcast du "club Margotton" où les plus grands athlètes, se livrent au micro de Grégoire Margotton

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Le Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Des témoignages uniques pour comprendre ces histoires de sport extraordinaires. Un podcast du Groupe TF1.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 nouveaux cas mercredi, du jamais vu depuis novembre

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter