Chris Froome révèle ses tests physiologiques : "Je n'ai pas triché"

Chris Froome révèle ses tests physiologiques : "Je n'ai pas triché"

DirectLCI
REVELATIONS – Cinq mois après sa victoire sur le Tour de France, Christopher Froome a décidé de publier les résultats de ses tests physiologiques réalisés cet été à Londres. Le coureur de Sky a de nouveau tenu à prouver son innocence malgré les nombreux soupçons de dopage qui l'entourent.

Comme le veut la philosophie instaurée par Dave Brailsford au sein de l'équipe Sky, Christopher Froome a décidé de jouer la carte de la transparence en publiant dans le magazine Esquire les résultats de ses tests physiologiques réalisés en août à la suite de sa seconde victoire sur le Tour de France qu'il avait littéralement survolé. Son coup de pédale dans la montée du col de la Pierre Saint-Martin avait notamment entraîné une vague d'indignation et de haine de la part du public français présent sur les routes de la Grande Boucle à l'égard du coureur britannique. Et la question d'une supposée prise de produits dopants avait rythmé les trois semaines de course.

Désireux, donc, de lever le voile sur ses performances, Chris Froome a de nouveau clamé son innocence dans les colonnes d'Esquire en répétant, sans surprise, qu'il n'avait jamais touché à un produit suspicieux afin d'arriver à un tel niveau de performance. "Il est difficile de ne pas se mettre en colère. Je peux comprendre que les gens se posent des questions. Mais je sais ce que j'ai fait pour en arriver là. Je suis le seul à pouvoir dire à 100% que je suis quelqu'un de propre. Je n'ai pas enfreint de règles. Je n'ai pas triché. Je n'ai pas pris de substance secrète qui ne serait pas encore connue", a confié Froome.

Greg LeMond "plus fort" que Froome

En se penchant réellement sur les données calculées lors de ces tests, la thèse d'un éventuel dopage de la part Froome ne saute pas aux yeux, le contraire aurait été bien évidemment étonnant. Sa VO2 Max (consommation maximale d'oxygène) est mesurée à 84.6, et ramenée à son poids celle-ci s'élève à 88.2. Ces données ne vous parlent sûrement pas, mais, en point de comparaison, Greg LeMond avait été mesuré à 92.5 dans le courant des années 90. "Pour l’ensemble de la population, la VO2 Max se situe généralement entre 35 et 40. On peut attendre d’un coureur du Tour de France qu’il soit assez haut dans les 70", explique Philipp Bell, un des scientifiques du laboratoire réquisitionné par Froome. "Les données de Froome sont proches de ce que nous croyons être les limites supérieures pour un pic de VO2", poursuit-il.

EN SAVOIR + >> Chris Froome passe des tests physiologiques pour prouver qu'il est clean

Au cours de cet article, la puissance développée par le coureur ainsi que les données de son passeport biologique ont également été passées au crible tout comme des tests effectués au tout début de sa carrière, en 2007. Et selon les chiffres révélés par Esquire, déjà à l'époque, le coureur de Sky présentait un profil atypique et les données calculées n'avaient rien à envier à celles d'aujourd'hui. "Le moteur était présent tout du long. Il a juste perdu de la graisse", confie Jeroen Swart, un physiologiste. Voilà le secret de Chris Froome.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter