Contrôlé positif au salbutamol, Froome serait prêt à plaider la négligence pour avoir une peine allégée

SPORT
DirectLCI
CYCLISME - Contrôlé positif au salbutamol sur la Vuelta 2017, le quadruple vainqueur du Tour de France serait prêt à plaider la négligence pour s'éviter un procès.

Quelques semaines après les révélations sur son contrôle positif au salbutamol, un médicament utilisé par les asthmatiques, survenu le 7 septembre 2017 lors de la Vuelta, le coureur britannique Christopher Froome prépare sa défense. Selon des informations de nos confrères du Corriere Della Sera, Michelle Cound, la femme du quadruple vainqueur du Tour de France et responsable de sa défense, a engagé une médiatrice pour éviter un procès.


Le leader de la Sky s'est vu notifier en décembre dernier par l'Union cycliste internationale (UCI) un résultat d’analyse anormal (RAA) pour présence de salbutamol.

Il nie tout dopage

Depuis les révélations sur son contrôle positif, le coureur se défend d’avoir enfreint la moindre règle. Dans une interview à la BBC, l’intéressé affirmait : "Je connais les règles. Je connais les limites et je ne les ai jamais franchies. J'ai une routine stricte quand j'utilise mon inhalateur et combien de fois. J'ai donné toutes ses informations à l'UCI". Même son de cloche du côté de la Team Sky, qui nie les accusations de dopage.

En vidéo

Christopher Froome : "Je peux comprendre l’émotion mais mon cas est différent"

Pour expliquer le taux anormalement élevé de salbutamol dans les urines du Britannique, le clan Froome affirmait que cela pouvait être dû à un dysfonctionnement rénal. Selon nos confrères de L'Équipe, si cette explication ne suffisait pas à le blanchir, Froome risquerait un an de suspension et la Sky pourrait décider de le virer comme, elle l’a fait précédemment avec Jonathan Tiernan-Locke, lui, accusé d’être dopé à l’EPO.

Un compromis et on passe l’éponge ?

Afin de s’éviter de laisser partir sa poule aux œufs d’or, la Team Sky et l’entourage du coureur serait prêt, toujours selon le Corriere Della Sera, à plaider la négligence, une solution qui permettrait de s’éviter un procès ultra-médiatisé. Ils souhaiteraient ainsi obtenir une suspension rétroactive de six mois. 

Mais pourquoi demander une sanction rétroactive ? Cette solution permettrait tout simplement à Christopher Froome de reprendre la compétition rapidement et ainsi de s’entrainer pour tenter le doublé Giro-Tour de France. Si l’idée de la suspension rétroactive est acceptée, le leader de la Sky serait prêt à renoncer à son titre sur la Vuelta en 2017, ainsi qu’à sa médaille de bronze sur le contre-la-montre des Championnats du monde, remportée peu de temps après.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter