Contrôles antidopage nocturnes : ce que ça va changer dans le quotidien des sportifs

Contrôles antidopage nocturnes : ce que ça va changer dans le quotidien des sportifs

DOPAGE – A partir de 2016, les contrôles antidopage de nuit (de 23 heures à 6 heures) seront autorisés en France. Cette mesure pourra ainsi s'appliquer lors du prochain Euro 2016 de football et le Tour de France. Si les sportifs de haut niveau approuvent cette mesure, ceux que nous avons interrogés y voient également des contraintes non-négligeables.

Pas de repos pour les braves. A compter de 2016, les contrôleurs antidopage pourront toquer à la porte du domicile des sportifs en pleine nuit. Une solution radicale pour faire la chasse aux tricheurs, mais qui se révèle également plus intrusive que par le passé. Car l'an prochain, les prélèvements seront réalisables la nuit, de 23 heures à 6 heures, quand l'ancienne loi permettait à l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) d'effectuer ses contrôles entre 6 heures et 21 heures "seulement". 

"Il ne faut pas que la famille en pâtisse"

Longtemps, la France s'est heurtée au principe des libertés individuelles en voulant mettre en place ses contrôles réalisables "à toute heure, en tous lieux". Cette exception dans le paysage sportif mondial est corrigée. Entre 600 et 700 sportifs, ciblés en fonction de leurs antécédents ainsi que leur entourage, seront dorénavant susceptibles de recevoir la visite des contrôleurs de l'AFLD , à condition que le sportif ait donné son consentement.

LIRE AUSSI >> Coupe du monde 2015 : contrôle antidopage au saut du lit pour les rugbymen

Interrogé par metronews, le cycliste Yoann Offredo, suspendu un an en 2012 pour trois no-show (manquements aux obligations de se localiser pour être contrôlé), approuve l'apparition de ces contrôles nocturnes mais émet également des réserves sur le sujet : "Si ça peut aider à la lutte antidopage, pas de soucis, commence le coureur de FDJ, car cela veut dire qu'il y a faille dans ce système. Mais j'ai aussi une petite fille et je ne me vois pas me faire réveiller, moi et ma famille, à 4 heures du matin. Il ne faut pas que l'entourage proche en pâtisse." Il va pourtant bien falloir si faire, car les athlètes ne dormiront plus jamais sur leurs deux oreilles, pas même en pleine compétition.

Lors du prochain Tour de France ou pendant l'Euro 2016, les sportifs pourront être contrôlés à n'importe quelle heure de la nuit. Forcément, la perspective d'être tiré du lit en pleine phase de sommeil profond à la veille d'une grande échéance peut refroidir les ardeurs : "La seule chose à espérer, c'est que la veille d'une grande compétition, je ne sois pas réveillée à 2 heures du matin pour un contrôle antidopage et que ça nuise ensuite à ma performance du lendemain. C'est ce qui m'est venu en tête quand j'ai entendu cette nouvelle...", nous explique l'escrimeuse Astrid Guyart.

"Je ne sais parfois pas où je serai le soir"

L'autre conséquence de la mise en place de ces contrôles de nuit est à regarder du côté du logiciel "Adams" mis en place par l'AMA en 2005 (2007 pour la France) et qui permet de collecter les informations de géolocalisation des sportifs et l'emploi du temps détaillés de ces derniers (comme indiqué dans la vidéo ci-dessous).

Dorénavant, le planning à entrer s'étalera sur 24 heures et non de 6h à 21h, entre vie professionnelle et vie privée, la séparation est désormais ténue. "J'ai moi-même fait les frais de ce système par des fautes administratives. Pourtant, on n'a jamais remis en cause ce système de géolocalisation. On a le droit de s'interroger, pas forcément en tant que sportif, mais en tant qu'être humain, de se demander jusqu'où on peut amener ces contrôles." 

"Adams peut être piégeant, car je n'ai pas le temps de mettre à jour mes plannings, je m'entraîne, j'ai ma vie privée à gérer et ce n'est pas un problème de volonté. C'est une rigueur à avoir. Chaque sportif doit lutter contre ça, ajoute Astrid Guyart. Mais je peux vous assurer que parfois malgré toute ma bonne volonté, je ne sais pas le jour même où je vais être le soir !"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 cas ces dernières 24 heures

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

VIDÉO - Victime de violences conjugales, Camille Lellouche se livre dans "Sept à Huit"

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.