Ian Foote, l'arbitre "salaud" de Bulgarie-France

DirectLCI
MAUVAIS SOUVENIRS - Alors que la France affronte la Bulgarie ce samedi en éliminatoires de la Coupe du monde, quelques fantômes reviennent hanter les esprits. Si la date du 17 novembre 1993, fatale aux Bleus, est régulièrement avancée, le match de 1976 à Sofia a, lui aussi, marqué ces confrontations. Ian Foote, l'arbitre écossais, avait alors été traité de "salaud" par un Thierry Roland déchaîné.

Dans l'inconscient collectif, France-Bulgarie, c'est le drame du 17 novembre 1993. Ce soir-là, les Bleus n'ont besoin que d'un point lors de leur ultime match de qualifications pour aller à la Coupe du monde 1990 aux États-Unis. À 1-1 à la 90e minute, les hommes de Gérard Houllier entrevoient l'Amérique. Mais un ballon perdu par Ginola et trois passes plus tard, Emil Kostadinov met un point final aux espoirs tricolores en envoyant un boulet de canon sous la barre de Lama, fusillé à bout portant. Clap de fin sur rêve américain promis aux Français. 

Mais à l'évocation de cette affiche, les plus anciens vont parleront d'un autre temps. C'est lors d'une rencontre à Sofia en 1976 - dans l'enceinte du Vassil-Levksi Stadion, là même où se déroulera le match samedi -, que s'est en effet joué un grand moment de télé. Dans les ultimes secondes, Ian Foote, arbitre écossais, sanctionne d'un penalty une faute de Maxime Bossis sur Hristo Bonev, qui avait sans doute confondu la pelouse avec la piscine de son quartier. 

Il devrait être en prison, pas sur un terrain de footballThierry ROLAND

Derrière son micro d'Antenne 2, le commentateur de l'époque, Thierry Roland, fulmine. "C'est pas possible ! C'est pas croyable qu'il accorde un penalty là-dessus... C'est invraisemblable ! À deux minutes de la fin de la partie. Je n'ai vraiment pas peur de le dire : monsieur Foote, vous êtes un salaud !", balance-t-il en direct, avant de surenchérir après le penalty raté par Bonev. "À côté ! Eh bien il y a vraiment un bon dieu croyez-moi. Quel scandale cet arbitrage, c'est invraisemblable ! Jamais vu un individu pareil. Il devrait être en prison, pas sur un terrain de football."

Les excuses de Ian Foote dans Téléfoot

Au coup de sifflet final (2-2), la tension redescend au poste commentateur. Pas dans le vestiaire des Bleus, échaudés par les multiples erreurs de Ian Foote pendant les 90 minutes. "J'ai beaucoup de choses à lui dire, j'ai déjà pu lui en dire une partie et j'ai eu la chance qu'il ne comprenne pas le français", déclare à la télé Michel Platini,  qui s'est, lui, vu refuser un penalty avant l'égalisation bulgare, elle-même contestable pour un double hors-jeu. "Ce n'est pas permis d'arbitrer un match comme ça, c'est trop important", ajoute-t-il, passablement énervé.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Neuf ans plus tard, "le salaud" de Sofia est l'invité de l'émission Téléfoot. En plateau, face à un Thierry Roland apaisé par le poids des années, monsieur Foote reconnaît alors sa faute. Ne dit-on pas, faute avouée, à moitié pardonnée ?

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter