Cyclisme : cinq choses à savoir sur la première équipe africaine invitée sur le Tour de France

SPORT
GRANDE BOUCLE - Invitée ce mercredi à participer au Tour de France 2015, la formation sud-africaine va écrire un morceau d'histoire sur les routes de France l'été prochain. Présentation en cinq points de cette équipe bourrée de qualités à faire valoir lors de la Grande Boucle.
  • MTN-Qhubeka, c'est quoi?

On ne sait pas toujours à quoi correspondent les acronymes qui sponsorisent les équipes cyclistes, et on ne retiendra pas forcément non plus celle-là. MTN est la réunion de deux entités : MTN, principal soutien financier, qui est une firme de télécommunications. Et Qhubeka, organisation à but non lucratif dont le nom signifie ''progresser'' en zoulou et qui a pour but d'aider les enfants des communautés rurales en leur fournissant des vélos pour se rendre à l'école.

  • La première équipe africaine sur le Tour

Première équipe africaine professionnelle UCI, MTN-Qhubeka est aussi la première formation de ce continent à participer au Tour de France. ''Cela va accélérer la progression du cyclisme africain, espère Christian Prudhomme, le directeur de l'épreuve. Cette équipe a un beau projet de développer le vélo jusque dans les townships.'' Et d'avouer : ''Il n'y a pas eu d'hésitation'' au moment de la sélectionner, au même titre que les formations françaises Bretagne-Séché, Cofidis et Europcar et que l'allemande Bora Argon 18.

  • Cosmopolite mais à majorité africaine

Douze des vingt-deux coureurs qui la composent sont africains, dont trois Erythréens ''qui sont les petits-enfants de Coppi et Bartali", s'enthousiasme Prudhomme, faisant référence à la présence de l'Italie en Ethiopie au siècle précédent. On y trouve aussi un Rwandais, un Algérien et surtout sept Sud-Africains. La plupart sont jeunes et tous ont un fort potentiel. Comme la majorité des formations, MTN-Qhubeka est très cosmopolite, avec également un Belge, un Américain, un Australien...

  • Un collectif en progression

Créée en 2007, l'équipe a grimpé d'un échelon en 2013 pour rejoindre la deuxième division mondiale (Continental Pro). Elle remporte la prestigieuse classique Milan-San Remo grâce à son sprinteur allemand Gerald Ciolek, première véritable vedette de MTN, puis est invitée sur le Tour d'Espagne l'an passé. Cet été, les renforts ont été nombreux, essentiellement dans le domaine des rouleurs-sprinteurs (Boasson Hagen, Goss, Bos, Farrar). Suffisant pour séduire les organisateurs du Tour.

  • Boasson Hagen, espoir revanchard

Tête d'affiche de cette équipe, Edvald Boasson Hagen est un vrai bon coureur. ''On disait de lui, ces dernières années, qu'il allait dominer le cyclisme mondial'', rappelle Prudhomme. Malgré ses huit titres nationaux (7 fois contre-la-montre et une sur route) et deux étapes sur le Tour 2011, le Norvégien (27 ans) n'a pas encore brillé autant qu'espéré. La faute, en partie, aux cinq saisons passées chez Sky à jouer les coéquipiers de Wiggins puis Froome. Cette fois, ce rouleur qui passe bien la montagne sera le leader de son équipe. Et nul doute qu'il en profitera pour s'illustrer.

EN SAVOIR +>> Retrouvez toute l'actualité du Tour de France 2015 en cliquant ici

Sur le même sujet

Lire et commenter