Derby de Manchester (J-5) : Guardiola contre les pizzas et les soirées WAGS

SPORT
FOOTBALL – C’est plus fort que lui : chaque fois que Pep Guardiola arrive dans un club, il faut qu’il mène une révolution. Manchester City, où il a débarqué cet été, n’échappe pas à la règle. Alors que se profile ce samedi un bouillant derby contre le United de José Mourinho, focus sur les plus étonnantes croisades du Catalan.

À Barcelone, deux légendes circulent encore au sujet de Pep Guardiola. La première : l’entraîneur le plus titré de l’histoire de l’institution catalane aurait engagé un détective privé pour filer ses joueurs pendant leurs virées nocturnes, notamment Gérard Piqué et la chanteuse Shakira. La seconde : il se serait fâché avec Lionel Messi parce qu’il lui aurait interdit le Coca, et la star lui aurait répondu en allant chercher une canette et en l’ouvrant devant lui et tout le reste de l’équipe. L’intéressé n’a jamais pris la peine de démentir. Maintenant qu’il officie à Manchester City, ses manies font, en tout cas, les choux gras des médias anglais, qui se délectent de ses initiatives, remettant en cause d’ancestrales traditions. Le derby de samedi, face à United, montrera si elles ont porté leurs fruits.

Un "control freak" de l'alimentation

La dernière en date à avoir attiré l’attention concerne les dîners. Dans son club, la coutume voulait en effet que les joueurs, les soirs précédant les matchs à domicile, puissent dîner avec leurs compagnes et ne rejoignent le groupe que le lendemain. C’est terminé : les Citizens, dont le poids est désormais scrupuleusement surveillé, ont ordre de dîner à l’hôtel, avec l’équipe et le staff. "Je les contrôle quand ils sont là, avec moi, ironisait le coach samedi, dans les colonnes du Daily Mail. Mais quand ils sont à la maison, je ne vais pas frapper à leurs portes pour demander à leurs jolies épouses ce qu’ils sont en train de faire. Peut-être qu’à l’avenir, je ferai ça !" Une plaisanterie que les tendres moitiés, privées de leurs chéris, ont dû moyennement apprécier.

Lire aussi

Car ce n’est pas tout. Au cœur de l’été, The Sun révélait qu’une autre habitude, permise du temps de son prédécesseur, Manuel Pelligrini, est maintenant proscrite : les pizzas d’après-match, dont les cartons jonchaient le vestiaire, comme dans une chambre d’étudiants. Là encore, ses troupes ont obligation, une heure après le coup de sifflet final, de manger ensemble, au stade, le repas concocté par le nutritionniste d’élite qu’il a spécialement recruté. En conséquence de quoi il leur est aussi interdit de dîner avec leurs compagnes ces mêmes soirs de match. Concernant les pizzas, il est d’ailleurs intéressant de noter (comme l’a fait The Guardian) que ce jusqu’au-boutisme pourrait s’avérer contre-productif. Claudio Ranieri les avait utilisées comme un moyen de motiver son équipe de Leicester jusqu’au titre de champion de la saison passée. Sans compter que des joueurs immenses en consomment régulièrement : Cristiano Ronaldo, Luis Suarez ou encore… Lionel Messi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter