DiRT Rally : leur métier ? Pilote de voiture... sur console de jeu

DiRT Rally : leur métier ? Pilote de voiture... sur console de jeu

JEUX VIDÉO – Après Fifa, PES ou Call of Duty, les jeux de simulation automobile s'annoncent comme la prochaine discipline en vogue de l'e-sport. A l'occasion de la présentation du jeu DiRt Rally, metronews est allé à la rencontre de deux e-pilotes qui espèrent faire de leur passion un métier. Et une discipline tout aussi lucrative que leurs concurrents du monde virtuel.

Les coups de 22 heures ont sonné. Comme chaque soir, ou presque, Kévin Leaune et Gaëtan Goarant s'enferment dans leur antre de pilote. A l'intérieur, aucun ne possède de voiture de course mais bien un ou plusieurs écrans, un ordinateur, un volant, des pédales et un siège-baquet, comme ceux qui équipent les voitures de rallye.

Contrairement à beaucoup d'autres ''gamers'', ils ne sont pas là pour se détendre et rigoler. Eux viennent se perfectionner et iront se coucher entre minuit et une heure du matin. Une fois leur entraînement terminé.

ls ont commencé il y a dix ans

A 26 ans, ces deux Gardois ont décidé de faire de leur passion un métier. Pilote de voiture… sur jeu vidéo. Dans le jargon : pilote de simulation de course automobile."On espère devenir professionnel, c'est un rêve. J'ai eu la chance de faire du karting dès l'âge de 5 ans jusqu'à mes 16-17 ans mais ça coûte beaucoup d'argent. Et le Team racing ça coûte beaucoup moins cher, explique Kévin Leaune, commercial dans le civil, mari et jeune papa depuis un mois. Après, c'est un rêve de pouvoir être sur les plus grandes scènes européennes et de voir grandir ce sport électronique qui est beaucoup plus intéressant que d'autres." En référence à d'autres titres de e-sport (Fifa, PES ou Call of Duty), déjà très médiatisés et dont certains joueurs arrivent à très bien vivre.

Les deux amis ne sont pas des novices, débarqués récemment sur le circuit. Il y a plus de dix ans, ils se testaient déjà sur les premiers modes ''online'' sur Xbox 360 et sont désormais titrés. Gaëtan est champion du monde de simulation de course automobile sur Project Cars (le jeu de référence dans le milieu) sur Xbox, quand son ami l'est sur PC.

Pas de revenus mais une écurie et des sponsors

Mais tout cela ne suffit pour gagner de l'argent. "Aujourd'hui il n'y a pas de revenu, on gagne surtout du matériel. On espère qu'un jour, on en vivra comme le font certains sur d'autres jeux vidéo", précise Gaëtan qui attend impatiemment l'évolution de la discipline, et dont la salle d'entraînement est remplie de matériel offert par ses sponsors. 

Pour professionnaliser cette passion, Kevin avec le soutien de son père ont donc monté un Team. Traduisez, une écurie virtuelle. Elle réunit des pilotes venus d'Angleterre, d'Italie ou de Finlande, tous repérés lors de salons ou de compétitions. SDL Mortorsport est aujourd'hui sponsorisée par Logitech, qui fournit à l'équipe l'ensemble du matériel informatique nécessaire à la discipline. Avec ce sponsor, qui leur fournit  environ 700 euros pour évoluer dans des conditions dignes de ses deux professionnels, ils espèrent, dans les années à venir, monter de grandes compétitions. Alors pourquoi ne pas voir les 24 heures du Mans en version simulation ? Ou encore un rallye WRC en Finlande avec la neige... mais sans le froid.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

Biélorussie : l’ambassadeur de France forcé de quitter le pays

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

Refoulés à cause d'un faux pass sanitaire, ils tirent sur une discothèque et blessent un client

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.