Djokovic à la poursuite du "Golden Masters"

SPORT
DirectLCI
TENNIS - Le numéro un mondial pourrait devenir le premier joueur à remporter les 9 tournois Masters 1000. Son défi : gagner à Cincinnati, cette semaine. Un tournoi qui ne lui a jamais réussi.

Un stade de béton posé en bordure d'autoroute, face aux grands huit d'un parc d'attraction, dans la lointaine banlieue de Cincinnati, Ohio. C'est là, cette semaine, que Novak Djokovic, numéro un mondial, entend accomplir son défi. A défaut du prestige du Center court de Wimbledon ou du central de Roland-Garros, le Serbe devra se contenter de cet étonnant décor. Un traquenard qu'il connaît bien. Trop bien, même, tant les courts en Decoturf de Cincinnati ne lui rappellent que débâcles et déconvenues, depuis dix saisons qu'il les foule, au coeur de l'été.

Tel est son challenge : en remportant enfin ce tournoi, Djokovic deviendrait le premier joueur à réaliser le "Golden Masters", soit afficher l'ensemble des neuf tournois Masters 1000 à son palmarès. Le Serbe en a déjà empoché huit (Miami, Canada, Rome, Indian Wells, Monte-Carlo, Paris-Bercy, Shanghai et Madrid) - pour 17 trophées entassés dans son armoire. Malgré quatre finales dans l'Ohio (perdues contre Murray et Federer), "Cincy" lui a toujours échappé.

Des sueurs froides face à Simon

"C'est vrai que la perspective du Golden Masters ajoute de l'importance à ce tournoi pour moi", reconnaissait le champion avant de se lancer, hier soir, sur le court central. Une pression difficile à maîtriser. Tout comme le vent tourbillonnant sur le court. Tout comme la vitesse de déplacement et les attaques sèches de Gilles Simon, coriace adversaire pour cette entrée en lice. Rude bataille en trois sets (6-3, 4-6, 6-4), nécessaire pour faire un pas de plus vers le record. Le "Djoker" n'avait pas la tête à la fête, au sortir du court. Soulagé mais concentré sur la suite : au prochain tour, Robredo ou Querrey sera sur sa route.

Gagner à "Cincy" redonnerait de l'allant à la saison du jeune marié. Déçu, forcément, d'avoir laissé échapper à Roland-Garros le Grand chelem en carrière - que seuls Agassi, Nadal et Federer ont réussi depuis le début de l'ère Open. Une distinction certes plus prestigieuse que son hypothétique "Golden Masters" ; mais Novak Djokovic, 27 ans, a une voracité de récompenses sans limite. Il sait bien qu'une carrière aussi est faite de montagnes russes. Pourquoi pas, alors, écrire une ligne d'histoire à l'ombre du Kings Island Amusement Park de Cincinnati.

Lire et commenter