Dopage technologique : un moteur dans le vélo, comment ça marche ?

CYCLISME - Coupable d’avoir utilisé un moteur électrique sur son vélo, Femke Van den Driessche a été suspendu six ans, mardi, par l'UCI. Mis en lumière dans ce premier cas de dopage technologique, le moteur Vivax est la nouvelle cible prioritaire des instances internationales. À la découverte de cette machine qui révolutionne le cyclisme.

Six ans de suspension. C’est la sanction qui a frappée Femke Van den Driessche, mardi. La cycliste belge avait été contrôlée avec un vélo équipé d’un moteur électrique à la fin du mois de janvier, lors des championnats du monde espoirs de cyclo-cross à Zolder (Belgique). Les commissaires de l’Union Cycliste Internationale (UCI) avaient détecté un moteur Vivax à l’aide d’un test par résonance magnétique.

"Des coureurs professionnels l’utilisent"

"Ces moteurs apportent une aide au cycliste, avec plus de souplesse au pédalage", explique Franck Duret, responsable de la partie technique des Cycles Duret-Geliano, qui a introduit le concept des moteurs Vivax en France il y a sept ans. Lancé en 2006 sous la marque Gruber Assist, ce moteur fabriqué en Autriche, qui coûte la modique somme de 2699 euros, n’a cessé d’évoluer. Il offre aujourd’hui une puissance de 200 watts supplémentaire au cycliste. Un apport non négligeable, qui séduit de nombreux coureurs. "Oui, il y a des cyclistes amateurs et professionnels qui utilisent et viennent se fournir en moteurs Vivax", assure Franck Duret, qui ne souhaite pas en dire plus sur l’identité des concernés.

A LIRE AUSSI >> Attrapée avec un moteur dans le vélo, la cycliste Belge suspendue six ans

Concrètement, le moteur Vivax, est caché, avec la batterie, dans le tube de la selle du vélo. Une selle qui doit être bien spécifique, avec un diamètre autour de 31 millimètres. "Selon le type de batterie qu’on nous demande, l’autonomie peut aller de soixante minutes à quatre heures", précise Franck Duret. Le moteur s’active grâce à un bouton, le switch, placé sur le guidon. Pour que cela reste discret, ce bouton est souvent situé sous la guidoline. Si le moteur n’est pas enclenché, le fonctionnement du vélo n’est cependant pas altéré.

Des moteurs pour tout le monde ?

Ces nouvelles technologies séduisent d’ailleurs de plus en plus les particuliers. "Toutes les catégories de personnes peuvent utiliser des moteurs, cela permet une assistance au pédalage. Aujourd’hui, on a même lancé un autre système de moteur qui s’adapte à tous les types de vélos, avec un prix nettement inférieur au Vivax", assure Franck Duret. Au premier rang des intéressés par ces aides technologiques, les personnes âgées qui retrouvent un coup de pédale "virevoltant". De là à prendre le départ du prochain Tour de France, il n’y a qu’un pas.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours d'école ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.