Droits TV de la Ligue 1 : l'appel d'offres fait un flop, qui pour sauver le foot français ?

Droits TV de la Ligue 1 : l'appel d'offres fait un flop, qui pour sauver le foot français ?

DIFFUSION - En pleine crise des droits TV, le football français espérait renflouer les caisses des clubs avec un nouvel appel d’offres. Mais les diffuseurs historiques ne se sont pas présentés, et il s'est révélé infructueux.

Le football français n'est pas sorti de la crise. Après le retrait du groupe Mediapro, principal diffuseur de la Ligue 1 depuis août 2020, la Ligue de football professionnel (LFP) lançait ce lundi un nouvel appel d’offres pour les rencontres détenues par le groupe sino-espagnol, avec l’espoir de signer un contrat suffisamment important pour ne pas plonger les clubs dans la crise. Entre 10h et 12h ce lundi, les diffuseurs intéressés étaient attendus au siège de la Ligue pour présenter leurs offres.

Mais les quatre lots mis en jeu en Ligue 1 et les deux en Ligue 2 n’ont pas attiré les deux diffuseurs historiques de la dernière décennie. Selon une source ayant connaissance du dossier, confirmant des informations de L’Équipe et France info, Canal+ n’a pas participé à l’appel d’offres. Manque également à l’appel le groupe Bein Sports, selon une autre source en connaissance du dossier à l’AFP. Le groupe qatari, dont le patron Nasser Al-Khelaïfi est aussi le président du Paris Saint-Germain, n’a pas déposé d’offre. C’est ainsi quasiment le scénario du pire pour la LFP, alors que les clubs anticipent déjà des pertes de plus d’un milliard d’euros en fin de saison.

Appel d'offres infructueux, négociations de gré à gré

Dans l’après-midi, les dirigeants du football français chargés d’étudier les offres gardaient tout de même de l’espoir. "Si je suis là, c’est qu’il y a des enveloppes", a indiqué à son arrivée au siège de la LFP le président de Reims, Jean-Pierre Caillot, également président du Collège Ligue 1. "La dernière fois, il y a eu un invité surprise (Mediapro, ndlr), pourquoi n'y en aurait-il pas un maintenant ?" Pour le président de l’OL, Jean-Michel Aulas, l’absence des deux principaux diffuseurs de ces dernières années n'était d'ailleurs pas une surprise, puisqu'"ils l’avaient annoncé depuis longtemps". "L’important, c’est qu’il y en a plein d’autres", voulait-il croire.

Pour les remplacer, plusieurs noms étaient cités, notamment Amazon, le géant du web qui commence à investir dans les droits sportifs, et qui a fait une offre. La plateforme de streaming DAZN et le groupe Discovery ont également candidaté, selon des sources proches du dossier à l'AFP.

Lire aussi

Toutefois, aucune proposition n'a satisfait la LFP. En début de soirée, le président du syndicat des joueurs et membre du conseil d'administration de la LFP, Philippe Piat, a annoncé que l'appel d'offres s'était révélé infructueux. "Les offres des candidats étaient inférieures aux prix de réserve, fin du match", a indiqué le patron de l'UNFP. Les discussions pour la réattribution des droits se dérouleront donc de gré à gré, a-t-il poursuivi. La Ligue s'est donnée un délai de réflexion de 24 à 48 heures.

Désormais, la pression sur l’instance dirigeante du football français s’accentue, d’autant que la LFP est en conflit juridique avec Canal+, qui diffuse les 20% restants de la Ligue 1 pour 330 millions d'euros par an. La chaîne cryptée estime en effet avoir "surévalué" la valeur de ces matches dans le contexte de 2018 et souhaite que l'intégralité des rencontres soit remise en concurrence dans un appel d'offres global. Le groupe a porté un recours devant le tribunal de commerce de Paris en ce sens, avec une audience programmée le 19 février qui pourrait invalider la procédure a posteriori. Et l'Autorité de la concurrence a confirmé ce lundi à l'AFP avoir également été saisie par Canal+.

Vous aimez le football ? Alors écoutez cet épisode du Club Margotton : François Hollande "le sport est une culture"

Découvrez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

On le savait très intéressé des choses du football. On ne savait pas que François Hollande avait accordé à tous les sports une part importante de son histoire personnelle. L’ancien Président de la République se confie sur cette relation particulière faite d’émotions, de transmission. Sur ces moments, dans l’exercice du pouvoir, où le sport a joué un rôle décisif. Voici les mots d’un authentique passionné.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

EN DIRECT - Covid-19 : Castex envisage "des mesures supplémentaires" face à la situation au Brésil

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

"Sofagate" : la mise en garde d'Ursula von der Leyen à Charles Michel

Lire et commenter