Earvin Ngapeth, la star de l'équipe de France de volley, interpellé pour avoir frappé un contrôleur SNCF

Earvin Ngapeth, la star de l'équipe de France de volley, interpellé pour avoir frappé un contrôleur SNCF

DirectLCI
FAIT DIVERS - Earvin Ngapeth, le meilleur joueur de l'équipe de France de volley-ball, a été entendu par la police ce mardi à Paris. Il est soupçonne d'avoir agressé un contrôleur d'un TGV Paris-Bordeaux.

Dans le sport plus que dans n'importe quel domaine, le succès est éphémère. Mais dans le cas d'Earvin Ngapeth, son évaporation aura été encore bien plus rapide que la moyenne. Désigné MVP du Final Six à l'issue du triomphe historique de l'équipe de France de volley en Ligue mondiale dimanche au Brésil, la star nationale de la discipline a été entendue par la police ce mardi à la suite d'une plainte de la SNCF, pour avoir agressé un contrôleur d'un TGV Paris-Bordeaux à la gare Montparnasse un peu plus tôt dans la journée. L'identité du joueur a été  révélée par France TV Info , qui a contacté la Fédération française de volley.

Un coup de tête et une arcade sourcilière ouverte

Les Bleus étaient rentrés lundi à la mi-journée de Rio de Janeiro, où ils ont battu la Serbie (3-0) en finale de la compétition. Et, ce mardi, Earvin Ngapeth s'apprêtait à se rendre à Bordeaux depuis Paris avec le sentiment du devoir accompli. "Un groupe de joueurs de l'équipe de France de volley-ball prenait le train. Un des joueurs était en retard et un autre joueur (Earvin Ngapeth, ndlr) a demandé au contrôleur de retarder le train. Ce joueur a ensuite donné un coup de tête au contrôleur, qui a eu l'arcade sourcilière ouverte", confie à metronews Roger Dillenseger, secrétaire général adjoint du syndicat UNSA Ferroviaire. Qui précise que les contrôleurs n'ont "pas exercé leur droit de retrait. Nous restons dans le dialogue social car la SNCF a pris les bonnes mesures pour protéger l'agent".

Si le joueur a été simplement entendu dans le cadre d'une audition libre ce mardi dans les locaux du service régional de la police des transports (SRPT), les choses pourraient se compliquer pour lui lors d'une très probable prochaine convocation, nous précise une source proche du dossier. De son côté, le parquet de Paris, qui n'a pas souhaité faire de commentaires, a simplement indiqué suivre l'affaire et se réserver le droit de le convoquer ultérieurement à des fins de poursuites.

Une réputation sulfureuse

Viré du Centre national du volley à 17 ans, après une altercation avec un coéquipier et parce qu’il restait au lit au lieu d’aller en cours ; accusé d'avoir plombé l'équipe de France à 19 ans durant les Mondiaux de 2010 parce qu'il ne jouait pas (il explose son casque contre un mur après une remarque de l'entraîneur dans le vestiaire, se marre après une défaite ) ; condamné à trois mois de prison avec sursis à 23 ans pour avoir asséné des coups de poing et un coup de ceinture en pleine figure à un jeune homme devant une boîte de nuit de Montpellier, Earvin Ngapeth va voir sa réputation devenir un peu plus sulfureuse encore. Plus jeune, il rappait avec ses potes du Bâtiment 14, aux Trois Cités de Poitiers : "Le talent m’aide à m’en sortir. Est-ce que ça va durer ? J’suis pas sûr, j’vais pas t’mentir."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter