En attendant la Vuelta, Chris Froome passe des tests physiologiques pour prouver qu'il est clean

SPORT
CYCLISME – Soupçonné de dopage tout au long de la dernière édition du Tour de France, Chris Froome s'est soumis à une batterie de tests physiologiques dans un labo londonien. Il promet qu'il publiera les résultats durant l'année.

Chris Froome est en campagne. Après avoir publié ses données durant le Tour de France, le leader de la Sky s'est mis sur le grill de The Human Lab Performance , un laboratoire basé à Londres et qui, comme son nom l'indique, dissèque les performances humaines.

Lundi, sur Twitter il a posté une vidéo où on le voit en train de martyriser un vélo d'entraînement sous les encouragements des techniciens du labo. Dans ces locaux, qui ont vu passer les rugbymen des Harlequins ou encore les triathlètes Jonathan et Alistair Brownlee, le vainqueur du Tour 2015 se soumet à toute une batterie de tests et d'analyses qui doivent permettre de (faire) comprendre comment il a pu – par exemple – déposer, sans sourciller, Nairo Quintana à la Pierre-Saint Martin

"J'ai encore plein de tests physiques et d'analyse à faire, je partagerai les résultats dans l'année", assure le Kenyan blanc, toujours déterminé à dissiper les soupçons de dopage dont il a fait l'objet en juillet dernier, alors qu'il va tenter, à partir de samedi, de réaliser le doublé Tour-Vuelta dans la même saison. Un tour de force que seuls les Français Jacques Anquetil (1963) et Bernard Hinault (1978) sont parvenus à réussir (à l'époque, la Vuelta se courait toutefois au printemps et non pas en fin d'été). 

Lire et commenter