Benzema encore écarté par Deschamps : les raisons d'une rancune tenace

SPORT
DirectLCI
AMOUR-PROPRE - Interrogé sur la nouvelle absence de de Karim dans sa liste de 24 joueurs pour les deux prochains matchs de l'équipe de France, qualificatifs pour le Mondial 2018, Didier Deschamps est apparu peu à son aise. En dépit de la forme éblouissante du Madrilène, le sélectionneur des Bleus maintient la porte fermée.

La question revient à chaque annonce de liste. Karim Benzema reportera-t-il un jour le maillot de l'équipe de France ? Pas dans l'immédiat en tout cas. Ce jeudi après-midi, Didier Deschamps a de nouveau écarté l'attaquant du Real Madrid en vue des deux rencontres comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2018, face aux Pays-Bas le 31 août au Stade de France et contre le Luxembourg le 3 septembre à Toulouse.


Le sélectionneur des Bleus est une nouvelle fois resté fidèle à sa ligne de conduite, à savoir se passer de Benzema pour composer son groupe. Position qu'il a adoptée depuis depuis la mise en examen du joueur dans l'affaire du chantage à la sextape de Mathieu Valbuena, en novembre 2015. 

Je ne vais pas prendre une position radicaleDidier Deschamps

Invité à s'expliquer sur l'absence du Madrilène pour ces deux matches, "DD" a assuré ne pas avoir changé d'avis. "Ma position n'a pas évolué, je m'étais expliqué en juin. Il n'y a rien qui a changé, a-il déclaré, avant d'être relancé. "Je ne vais pas me répéter sans cesse. Reprenez ce que j'ai dit en juin, il y a tout ce que vous avez besoin de savoir dedans." Quant à savoir si l'ex-Lyonnais ne rejouerait plus sous ses ordres, il a botté en touche : "Je ne vais pas prendre une position radicale aujourd’hui." En juin dernier, il avait annoncé que "la notion de collectif passe au-dessus de tout" pour expliquer cette mise à l'écart.

La logique de groupe, envers et contre tous

Car Benzema, redevenu sélectionnable depuis octobre 2016, a beau avoir remporté deux batailles judiciaires cet été, en contestant la régularité de l'enquête puis en voyant son contrôle judiciaire levé, Deschamps ne déroge pas à ses principes de base. Rappeler "KB9" n'apparaît pas (ou plus) comme un impératif pour le sélectionneur de l'équipe de France. Et pour cause, sans l'attaquant du Real Madrid, "DD" a réussi à bâtir une équipe qui a tout de même atteint la finale du dernier Euro de football. En le laissant sur la touche, c'est cette logique de groupe, qui lui est chère depuis son intronisation, que Deschamps ne compte pas remettre en cause.

Et jusqu'à présent, l'ancien entraîneur de l'OM tient la ligne qu'il s'est fixé, faisant la sourde oreille aux appels de Benzema, qui a clamé à plusieurs reprises son envie de revenir en équipe de France. Mais les sorties plus ou moins contrôlées du Madrilène, qui s'était plaint en mai dernier dans L'Équipe d'être persona non grata, ont eu l'effet inverse de celui qu'il espérait. Quelques jours la publication de cet entretien, il avait en effet "liké" un montage publié par son ami rappeur Booba sur Instagram le montrant en train de dribbler Olivier Giroud, Manuel Valls et Didier Deschamps. Alors invité à s'exprimer sur ce "J'aime" en conférence de presse, "La Desch" avait partagé son exaspération, qualifiant l'attitude de Karim Benzema de "pitoyable". 

En vidéo

Deschamps trouve "pitoyable" le like de Benzema

Une argumentation mise à mal

Mais voilà, si elle l'était il y a quelques mois, la position de "DD" devient de plus en plus difficilement tenable. Judiciairement déjà. Didier Deschamps a convoqué Kingsley Coman, sous le coup d'une instruction judiciaire pour violences conjugales, tuant dans l'oeuf la notion d'exemplarité, un temps utilisée par la Fédération française de football, pour expliquer la mise à l'écart de Karim Benzema. 


Sportivement, on s'en rapproche. Si le sélectionneur des Bleus affirme vouloir conserver l'ossature sur laquelle il s'est appuyé ces derniers mois, des zones d'ombre sont apparues. Griezmann est suspendu en Espagne, Giroud remplaçant à Arsenal, Dembélé écarté au Borussia Dortmund et Kylian Mbappé mis sur la touche en attendant son probable départ au PSG. L'horizon judiciaire dégagé, "KB9", de son côté, s'épanouit plus que jamais au Real Madrid (déjà une passe décisive et un but en quatre matchs), où il est indiscutable.


Si cette tendance venait à se confirmer, la stratégie du sélectionneur de l'équipe de France pourrait prendre du plomb dans l'aile. Et le sujet Benzema reviendra encore sur la table.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter