Équipe de France de Fed Cup : qui pour succéder à Amélie Mauresmo ?

SPORT
TENNIS - Démissionnaire de son poste de capitaine lundi, au lendemain de la défaite des Bleues en finale face à la République tchèque mais surtout car elle attend un deuxième enfant, Amélie Mauresmo laisse donc un grand vide. Place que plusieurs candidats à sa succession se verraient bien reprendre.

Mary Pierce, la favorite

Présence à Strasbourg lors de la défaite des tricolore au double décisif, l'ancienne n° 3 mondiale, vainqueur de l'Open d'Australie en 1995 et de Roland-Garros en 2000, n'a jamais caché ses ambitions concernant l'équipe de France de Fed Cup. Interrogée fin octobre sur ce sujet, celle qui a remporté le titre à deux reprises avec la France (1997 et 2003) avait déclaré : "Moi, capitaine ? Pourquoi pas"... Un acte de candidature prononcé à demi-mot qui devra être plus affirmé si Mary Pierce veut vraiment prendre la suite d'Amélie Mauresmo. Car même si elle est membre du comité directeur de la Fédération internationale de tennis (ITF) depuis décembre dernier, qu'elle entraîne des jeunes joueurs et qu'elle organise des tournois, la Franco-Américaine (41 ans) est surtout connue pour jouir tranquillement de sa retraite à l'île Maurice, depuis qu'elle a raccroché les raquettes en 2008.

Nathalie Tauziat, la revancharde

Elle aussi présente en Alsace le week-end dernier, celle qui entraîné les Canadiennes Eugenie Bouchard (46e) et Aleksandra Wozniack (299e) a déjà essayé de prendre les rênes de l'équipe de France de Fed Cup. C'était en 2008, mais Nathalie Tauziat s'était fait coiffer au poteau par Nicolas Escudé. A nouveau pressentie pour le poste, elle jouit pourtant d'une image moins bankable que Mary Pierce auprès du grand public. Elle a pourtant aussi été n° 3 mondiale, était du sacre tricolore en 1997 mais n'a jamais remporté de Grand Chelem, malgré une finale à Wimbledon en 1998.

Yannick Noah, la fausse bonne idée

Déjà pas toujours en phase avec les garçons de l'équipe de France de Coupe Davis, il a d'ailleurs longtemps laissé planer le suspense quant à son avenir au poste de capitaine qu'il occupe depuis septembre 2015, on voit mal comment Yannick Noah pourrait cumuler les deux casquettes. Mais c'est la petite musique qui commence à se faire entendre autour des Bleues... Pourtant, s'il ne s'agit pas là de remettre en question la capacité du dernier vainqueur français de Roland-Garros (1983) à motiver les troupes (en tant que capitaine, il a d'ailleurs remporté la Coupe Davis en 1991 et 1996 et la Fed Cup en 1997), les difficultés rencontrées par Noah avec les Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils et consorts tendraient à prouver que son message passe peut-être moins bien avec la nouvelle génération.

En vidéo

Yannick Noah : "Le double, quelle que soit l'issue, peut laisser des traces"

Patrick Mouratoglou, la surprise

Coach à succès de Serena Williams (n° 2), l'Américaine a remporté à ses côtés 9 tournois du Grand Chelem depuis 2012, Patrick Mouratoglou a sorti sa candidature du chapeau un peu à la surprise générale, à l'occasion d’une interview accordée mardi matin sur France Info. "Oui, c'est un poste qui peut m'intéresser. Que je connaisse le tennis féminin, c'est un fait. J'y travaille depuis longtemps maintenant au plus haut niveau, a notamment rappelé au micro celui qui forme aussi de nombreux jeunes via sa Mouratoglou tennis academy. Après je ne sais pas qui prend cette décision. Il faut l'accord d'un certain nombre de personnes, il faut que les joueuses soient motivées pour travailler avec le capitaine". Car malgré son CV en or, celui qui n'a jamais atteint le niveau professionnel entretient de rapports plutôt distanciés avec la Fédération française de tennis, qui désignera le ou la successeur d'Amélie Mauresmo.

En vidéo

Coupe Davis : "Une finale ça se joue vraiment au mental" selon Mouratoglou

Lire aussi

Sur le même sujet

Lire et commenter