Equipe de France : derrière Evra, ça se bouscule

SPORT

SUCCESSION - Le match amical entre la France et l'Italie (21 heures) marquera un tournant dans l'histoire des Bleus suite à la non sélection de Patrice Evra. Appelés par Didier Deschamps, Layvin Kurzawa et Lucas Digne vont (enfin) tenter de reprendre le flambeau dans le couloir gauche de l'équipe de France.

Son couloir gauche était chasse gardée depuis la nomination de Didier Deschamps à la tête de l’équipe de France en 2012. En l’espace de quatre ans, Patrice Evra a vu défiler Gaël Clichy, Jérémy Mathieu, Benoît Trémoulinas, Lucas Digne ou encore Layvin  Kurzawa, mais aucun d’entre eux n’avait été en mesure de déloger le patron du vestiaire des Bleus. En 2016, ça pourrait (enfin) changer. Car à 35 ans, Evra n’incarne plus l’avenir en équipe de France à ce poste, d'autant que la concurrence fait rage. Au sortir d’un Championnat d'Europe mitigé qu’il a disputé dans la peau d’un titulaire, le joueur de la Juventus Turin arrive à un tournant, à un carrefour sa carrière internationale (80 sélections). Cela n'a pas échappé à Didier Deschamps qui ne l'a pas convoqué dans sa première liste post-Euro 2016, contrairement à Kurzawa et Digne.

A quelques heures du match amical contre l’Italie, le passage de témoin entre Evra et son successeur pourrait enfin s’opérer, en douceur. "Je pense sincèrement que c’est le bon moment, estime Patrick Colleter, ancien latéral gauche du PSG. Il va y avoir le début des matches de qualification pour la Coupe du monde et il faut lancer des jeunes joueurs qui ont une petite expérience. Car quand on arrive dans des grandes compétitions comme l’Euro ou la Coupe du monde, on ne peut pas se permettre d’aligner des garçons qui n’ont aucun vécu. C’est compliqué de les lancer à cet instant."

Celui qui va être pris, c'est celui qui va le plus jouer- Patrick Colleter

Dans le cas présent, on pense bien évidemment à Layvin Kurzawa (23 ans) et Lucas Digne (23 ans), deux jeunes joueurs en mesure de bousculer Patrice Evra sur le long terme et qui se disputeront une place dans le onze ce jeudi. Alors que le premier s’est accaparé le statut de titulaire au Paris Saint-Germain sous les ordres d’Unai Emery, le second s’est engagé avec le FC Barcelone au cours de l’été afin de soulager Jordi Alba. Si la saison vient à peine de débuter, la situation sportive de l’ancien joueur de l’AS Monaco pourrait lui donner un avantage sur son plus sérieux concurrent à l'avenir. "Celui qui va être pris, c’est celui qui va le plus jouer et vu comment la chose est engagée, je pense que Kurzawa a quand même un temps d’avance, souligne notre témoin. Je ne sais pas si Digne va réellement s’imposer au Barça. Il va avoir un temps de jeu un petit peu plus limité et on sait l’importance que cela a aux yeux du sélectionneur. Quand on évolue dans un grand club, il faut jouer afin d’être sélectionné en équipe de France. Didier Deschamps l’a dit et répété. Donc je pencherais plus pour Kurzawa."

Fort de ses deux réalisations en trois matches de Ligue 1, le latéral gauche du Paris Saint-Germain a déjà été appelé chez les Bleus par le passé (2 sélections), mais ses blessures à répétition ainsi que son statut de doublure de Maxwell la saison passée lui ont coûté à juste titre sa place à l’Euro 2016. Aujourd’hui, Kurzawa dispose des qualités requises pour frapper à la porte de l’équipe de France. Voire l’enfoncer. Offensif, physique, technique, l’international français pourrait bien être le successeur désigné d’Evra. Même s’il doit modérer son goût pour l’attaque. "Kurzawa est avant tout un défenseur et il ne faut pas oublier ça. Il doit d’abord penser à défendre avant de se projeter et d’attaquer, déclare à LCI, Colleter, vainqueur de la Coupe des Coupes en 1996 avec le PSG. Kurzawa le fait bien, il marque des buts, il en est à deux après trois matches, donc bien évidemment que son profil est intéressant. Mais quand viendra la Ligue des champions, il progressera certainement dans le domaine défensif. Aujourd'hui, le Championnat de France lui offre davantage de possibilités de se porter vers l’avant et de marquer."

La fin du cycle Evra ?

Quid de Lucas Digne ? Son transfert au FC Barcelone a bien évidemment surpris au regard de ses revendications lors de son passage au PSG (2013-2015) où il estimait ne pas bénéficier d’un temps de jeu suffisamment conséquent. L’ancien Lillois aura bien évidemment du mal à venir déloger Jordi Alba et à accrocher le bon wagon chez les Bleus sur le long terme, mais sa présence dans le groupe des 23 à l’Euro a eu son importance dans l'immédiat. "Digne a vécu avec ce groupe durant l’Euro et ça peut être un atout dans l’esprit de Deschamps. Mais il devra s’accrocher pour jouer au Barça. Son profil, qui est un peu dans le même registre que Jordi Alba, a plu au FC Barcelone. C’est un bon contre-attaquant, un peu plus mesuré que Kurzawa au niveau de ses montées, donc il ne faut pas non plus l’enterrer."

Pas question d’enterrer Lucas Digne, sa sélection chez les Bleus pour les matches face à l'Italie et la Biélorussie en est bien la preuve. Si la forme du moment semble jouer en faveur de son successeur dans le couloir gauche du Paris Saint-Germain, rien ne dit que la situation du latéral nordiste n'évoluera pas au cours de l'année. Et la conjugaison des bonnes prestations des deux hommes pourrait alors faire une victime collatérale tout le long de la campagne de qualification. "Deschamps peut toujours prendre les deux et écarter Evra. Les qualifications sont longues, il y aura encore pas mal de matches à jouer. Donc au fil de la saison, ne plus voir Patrice Evra en équipe de France ne serait pas surprenant, malgré tout ce qu'il a apporté à cette sélection", ose Colleter. Cela marquerait alors la fin d'une époque.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter