Équipe de France : Laurent Koscielny, le patron exemplaire de la défense des Bleus

Équipe de France : Laurent Koscielny, le patron exemplaire de la défense des Bleus
SPORT

BLEUS - L’équipe de France de football affronte la Bulgarie, vendredi au Stade de France pour le compte de la phase de qualification à la Coupe du monde 2018 en Russie. Une rencontre où Laurent Koscielny, le patron de la défense, tentera de poursuivre son excellent début de saison.

Avec Antoine Griezmann, il a sûrement été l’un des meilleurs joueurs français à l’Euro. Surfant sur cet élan, il effectue, avec Arsenal, un très bon début de saison. Laurent Koscielny, 38 sélections, s’est imposé comme le patron de l’arrière garde des Bleus et a expliqué, en conférence de presse, ce mardi, avoir pris de "l’expérience et de la maturité" au fil des ans. "Je prends rarement des cartons jaunes et des penalties depuis pas mal de temps. C'est un défaut que j'ai réussi à gommer. Je peux gagner plus de duels aériens, ça demande du temps mais j'espère y arriver. J'essaye de faire mes matches quand je suis appelé en équipe de France. Je pense avoir fait un bon Euro".

Pas de blague face à la Bulgarie

Vendredi, sur la pelouse du Stade de France, l’ancien tourangeau, 31 ans et arrivé à Arsenal il y a six ans, sera un des joueurs les plus anciens de l’équipe mise en place par Didier Deschamps. Pas de quoi, pourtant, revendiquer un statut de leader ou de futur capitaine. "Je suis là pour aider l'équipe à avoir les meilleurs résultats possibles avec mon travail sur le terrain. Je ne suis pas comme Patrice Evra qui parle beaucoup au groupe et motive les joueurs. C'est plus par l'exemplarité sur le terrain que j'essaye d'avoir un rôle de leader", a assuré le numéro 6 des Gunners.

Lire aussi

    Après un nul inaugural en Biélorussie, les Bleus doivent impérativement remporter ce premier match à domicil contre la Bulgarie pour rester dans la course à la première place, qualificative directement pour le mondial en Russie. Dans un groupe qui comprend également la Suède et les Pays-Bas, les Bleus ne doivent plus faire de faux pas, au risque de se faire peur.

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent