Équipe de France : le forfait de Djibril Sidibé rappelle l’inquiétante pénurie au poste d’arrière droit

DirectLCI
FOOTBALL – Blessé aux côtes samedi contre le Luxembourg, Djibril Sidibé a dû quitter les Bleus ce dimanche. Sur TF1, Didier Deschamps a annoncé la convocation de Sébastien Corchia pour le remplacer. Un joueur à la peine cette saison avec le LOSC… Ce qui pose la question suivante : pourquoi les Bleus, pourvus en joueurs de talent à tous les postes, manquent-ils d’arrières droit de haut niveau ?

Didier Deschamps l’avait annoncé de longue date : entre l’Euro 2016 et la Coupe du monde 2018, il se lancerait dans un grand rajeunissement de ses troupes. Dont acte : ces huit derniers mois, la moyenne d’âge des Bleus a chuté de 27 à 25 ans. Pourtant, une incongruité saute aux yeux concernant les arrières latéraux : si, à gauche, Patrice Evra (35 ans) a été sorti du groupe sans ménagement, à droite, Bacary Sagna (34 ans) reste un titulaire indéboulonnable. Djibril Sidibé (24 ans) n’a dû sa titularisation au Luxembourg qu’à la blessure de l’arrière droit de Manchester City. Et quand le Monégasque s’est blessé à son tour samedi soir, c’est Christophe Jallet (33 ans), remplaçant à Lyon, qui lui a succédé. Ce dimanche, enfin, Didier Deschamps a convoqué Sébastien Corchia (26 ans), qui vit une saison pénible à Lille. Autant de preuves que ce poste pose problème.

Aucun latéral droit incontestable depuis le départ de Sagnol en 2008

Sollicité par LCI.fr en novembre 2016, Vincent Candela, ex-arrière latéral des Bleus (de 1996 à 2002), avançait cette explication : "Il y a une vraie pénurie parce que, être arrière latéral, c’est vraiment difficile. Il faut savoir aider le défenseur central et le milieu de terrain, tout en attaquant. Mais, pour attaquer, il faut aussi regarder si l’autre latéral est bien positionné. Ça demande une rapidité de pensée assez importante. Cette vivacité d’esprit, on a fini par la négliger dans les centres de formation français et c’est pour ça qu’il y a moins de bons joueurs à ce poste." 


De fait, depuis le départ à la retraite de Willy Sagnol en 2008, aen équipe de France. Bacary Sagna, par exemple, remplaçant de Mathieu Debuchy à la Coupe du monde 2014, était loin de partir comme titulaire dans les mois qui précédaient l’Euro 2016.

Autre ancien titulaire du poste chez les Bleus, durant l’Euro 2012, Anthony Réveillère déplorait ainsi dans So Foot : "Cette pénurie est inquiétante, surtout pour le Mondial 2018, car, à part Sidibé, aucun jeune ne semble en mesure de déboulonner Sagna ou Jallet. Il faudrait demander pourquoi aux formateurs. Un joueur de 10-11 ans, quand il est bon, il joue dans une registre offensif. En général, les latéraux, ce sont des joueurs qu’on a fait descendre à 13-14 ans." En clair : des attaquants moins bons que d’autres, à qui on a recommandé de jouer en défense pour avoir une chance de percer chez les pros. 

Mais ceci n’explique pas encore pourquoi il y a du choix à gauche, avec Benjamin Mendy, Layvin Kurzawa et autre Lucas Digne, mais pas à droite, où, derrière Sébastien Corchia, on se demande bien qui pourrait aspirer à la sélection nationale. Quand Didier Deschamps avait été contraint de justifier le retour de Chistophe Jallet, il avait pointé : "C'est un poste où il y a un peu moins de possibilités et où il n'y pas beaucoup de jeunes, peut-être parce qu’il y a beaucoup d'étrangers qui l'occupent en Ligue 1." Manière de dire que, si relève il y avait, elle n’aurait de toute façon pas la possibilité de se faire les griffes sur les pelouses françaises. Dit autrement : on n’est pas rendu.

En vidéo

[Téléfoot 26/03] Didier Deschamps : "Dembélé, c'est un gros dribbleur"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter