Euro 2014 : 5 choses à savoir sur la Biélorussie

Euro 2014 : 5 choses à savoir sur la Biélorussie

DirectLCI
HANDBALL - L'équipe de France affronte la Biélorussie, mercredi soir (18 heures), pour son deuxième match du Tour principal. Une équipe qui n'a plus rien à espérer dans cet Euro mais qui dispose de quelques arguments … de taille.
  • Un pays invité parmi les costauds. Collectif solide mais rarement clinquant, la Biélorussie n'a franchi le premier tour d'une grande compétition pour la première fois depuis… le Mondial 1995, en Islande, remporté par les Français (prémonition ?). Eliminée de la course aux demi-finales après sa défaite face à la Pologne dimanche, la formation soviétique n'a plus rien à jouer dans cet Euro.
  • Iouri Chevtsov, un coach multi-titré. Entraîneur de la Biélorussie depuis 2008, Chevtsov a réussi à installer régulièrement son pays dans les compétitions internationales (Mondial 2013, Euro 2014). Mais il est surtout un ancien joueur qui a tout gagné : sextuple champion d'URSS, triple vainqueur de la Ligue des champions (alors appelée Coupe des champions) avec Minsk, champion olympique (1988) et du monde (1992) avec l'URSS. Un palmarès d'expert. Qu'il a encore étoffé en remportant la Coupe EHF en tant qu'entraîneur d'Essen.
  • Kazimir Kotlinski, un gardien quadragénaire. Si vous cherchez le papa de cette équipe, il est tout trouvé. Du haut de ses bientôt 40 printemps (il est né le 12 avril 1974), le gardien biélorusse a roulé sa bosse depuis plusieurs saisons, notamment en France, dont il connaît bien la région parisienne (passé par Villepinte et Villemomble). Le solide portier (1,92 m, 95 kg), intégré en cours de compétition, joue très peu puisqu'il n'est entré que sur un penalty en deux matches. Seul Guillaume Joli, le spécialiste français dans le domaine , pourra le croiser a priori.
  • Cinq joueurs culminent à 2 mètres. Si les Français aiment les gros gabarits, ils vont être servis. Babichev, Zaitsau, Kamyshyk, Niazhura et Chystabayeu font tous le double mètre, où seul Luka Karabatic (2,02 m) parvient en équipe de France. Autant dire que ce sera compliqué de tirer par-dessus la défense adverse mercredi soir. Face à la Pologne, équipe elle aussi très grande, les Bleus s'en sont sortis avec une victoire d'un petit but.
  • Siarhei Rutenka, la star. Deuxième buteur de l'Euro en ayant joué seulement 3 matches, Siarhei Rutenka est un joueur au bras ravageur que son gabarit lourd (1,98 m, 86 kg) ne laisse pas deviner. Mais le coéquipier de Nikola Karabatic à Barcelone, avec qui il partage le poste d'arrière gauche, est bien seul dans son équipe à faire partie de l'élite mondiale. L'ancien international slovène (il a joué l'Euro 2006) qui a aussi la nationalité espagnole sera le principal, voire l'unique danger pour les Français.

L'info bonus : un tireur de penalty douteux. Brillant, Rutenka peut également se montrer maladroit. Lors d'un penalty face à Montpellier, le Biélorusse avait voulu feinter le gardien avant de tirer. Sauf que la résine que les joueurs mettent pour mieux tenir le cuir l'a fait échapper la balle. Résultat, une sacrée honte pour la star.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter