Euro 2014 : Karabatic, le boss des Bleus

Euro 2014 : Karabatic, le boss des Bleus

SPORT
DirectLCI
HANDBALL - Homme à tout faire pour le premier match des Français (35-28 contre la Russie), encore brillant, mercredi, lors de la victoire arrachée face à la Pologne (28-27), Nikola Karabatic est le guide dont l'équipe de France, rajeunie, a besoin. A bientôt 30 ans, le meneur de jeu est en pleine forme physique et reste animé d'une ambition intacte.

Certains ont peut-être besoin de le crier, à la manière d'un célèbre spot publicitaire , lui non. Nikola Karabatic n'a qu'à se saisir du ballon, enfiler les buts avec une efficacité effrayante, trouver des passes délicieuses pour ses partenaires et défendre comme un mort de faim pour que l'évidence transpire : c'est lui le patron de l'équipe de France de handball. Déjà essentiel dans toutes les conquêtes desdits Experts, le demi-centre (polyvalent, il joue à ce poste depuis deux matches) a clairement pris les choses en main depuis le début de la préparation au sein d'un collectif rajeuni.

Quatorze buts en 16 tentatives (2e meilleur marqueur de la compétition), huit passes décisives, 1 h 40 de jeu sur les deux heures jouées par les Bleus : les statistiques suffisent à montrer l'importance qu'a le barbu dans l'animation offensive de l'équipe de France. Mais elle ne se limite pas là. ''Il est en train d'installer son emprise sur l'équipe et de prendre progressivement le relais de joueurs comme Didier Dinart (retraité, aujourd'hui entraîneur de la défense, ndlr) et Bertrand Gille (blessé), expliquait jeudi Claude Onesta. Il en devient le patron, ce qui n'était pas encore le cas.''

Karabatic : ''Si je suis bon, il y a de grandes chances qu'on gagne''

Une prise en main accélérée par l'absence et le départ de certains cadres (retraites de Dinart, Karaboué et G. Gille, convalescence d'Omeyer, blessure de Barachet), ce qui a obligé Onesta à rajeunir l'équipe. Résultat, Nikola Karabatic se retrouve parmi les plus expérimentés. Un rôle qui lui convient à merveille, lien entre les jeunes (dont son frère cadet, Luka, 25 ans) et les anciens dont il est proche, en particulier Didier Dinart, docteur ès défense, dont il parraine la fille. Quand "Niko" ne joue pas, il n'hésite pas à conseiller le jeune Grébille, rassurer l'affectif Nyokas et discuter des solutions à apporter avec le capitaine Fernandez.

Renforcée en dehors du terrain, la présence de Karabatic est aussi indispensable pendant les matches. Son jeu de combat au près, mis à rude épreuve par les défenses européennes, est sublimé par la forme optimale que tient le numéro 13 français. Parti à Barcelone l'été dernier, le meilleur joueur du monde 2007 ne joue pas plus d'une demi-heure par match, dans une équipe qui domine outrageusement son Championnat. Alors qu'il s'usait près d'une heure durant pour mener Montpellier au titre ou aider Aix-en-Provence à se maintenir l'an passé.

La seule chose qui n'a pas changé, finalement, est l'état d'esprit du natif de Nis (Serbie). Celui qui ambitionnait de devenir le meilleur au monde avant même ses 18 ans déborde toujours d'appétit. ''Notre palmarès, aujourd'hui, on s'en fout, nous racontait-il avant l'Euro. Ce qui est important, c'est ce qui vient et mon objectif est de me donner à fond pour regagner un titre. Et si je suis bon, il y a de grandes chances qu'on gagne les matches.'' Pour l'instant, il a tout juste.

Sur le même sujet

Lire et commenter