Euro 2014 : le retour en grâce des Bleus

Euro 2014 : le retour en grâce des Bleus

DirectLCI
HANDBALL - La France a validé mardi soir son ticket pour les demi-finales de l’Euro. Faciles vainqueurs des Biélorusses, les Bleus ont également bénéficié de la contre-performance des Suédois face à la Pologne

Les Bleus sont en demi-finales de l’Euro au Danemark. Avant même de jouer leur dernier match de poule, mercredi, les hommes de Claude Onesta sont donc assurés d’évoluer dans la cour des grands. Et ils peuvent remercier les Polonais qui, à la suprise générale, ont largement disposé de la Suède (35-25), mardi. On n’avait pas vu ''Les Experts'' dans le dernier carré d’un Euro depuis 2010. Année qui les a vus remporter en Autriche le deuxième sacre continental de leur histoire

Un peu plus tôt dans la soirée, quelques heures avant le naufrage suédois qui les a bien aidés, les coéquipiers de Jérôme Fernandez s’étaient mis dans les meilleures dispositions en surclassant, sans trembler, la Biélorussie.

Onesta fait tourner

Bien supérieurs à leur adversaire, les Français ne manquent pas leur entame et creusent leur avance d’entrée (4-0, 4e), guidés par un Omeyer toujours solide (13 arrêts) et un Valentin Porte efficace en arrière droit. Il a d’ailleurs été élu meilleur joueur du match. Mais les coéquipiers de Cédric Sorhaindo (trois buts dans le premier quart d’heure), sans doute grisés par ce départ canon, baissent d’intensité en défense. Le point noir, hier. Le match face à la Suède mercredi leur permettra peut-être de le gommer, avant d’affronter probablement l’Espagne pour une place en finale.

Mais sur le plan de l’attaque, en revanche, rien à dire. Sur le gong, Guillaume Joli donne quatre points d’avance aux siens à la pause (20-16), entracte d’un festival offensif où l’ailier s’est amusé (six buts au total), au même titre que son compère du côté gauche, Samuel Honrubia (neuf buts).

L’entame de la seconde période est elle aussi laborieuse mais les Biélorusses cèdent finalement devant les rotations et la fraîcheur des Français. Anic s’est régalé pendant que Sorhaindo soufflait, et Guigou n’a pas quitté sa chaise. Car Claude Onesta a largement fait tourner, permettant aux cadres, usés après le match face aux Croates (victoire des Bleus sur le fil, 27-25), de se reposer. Mais pas assez, visiblement, aux yeux de Nikola Karabatic qui regrettait après la rencontre d’hier que les remplaçants n’aient pas suffisamment su saisir leur chance. Et la star de l'équipe de France, sur le pont pendant quarante minutes, de conclure par un message aux allures d’avertissement : ''On a besoin de toute l’équipe, à tout moment.''

Pour revivre le live, c'est ci-dessous

France - Biélorussie : 39-30

Fin du match : La France s'impose aisément face à la Biélorussie après un match maîtrisé de bout en bout (39-30). Samuel Honrubia et Guillaume Joli, les deux ailiers, se sont régalés alors que Thierry Omeyer a un peu plus retrouvé le rythme en jouant 50 minutes. Les Bleus attendent désormais le résultat de la Suède face à la Pologne (match à 20 h 15) pour savoir s'ils sont qualifiés dès ce soir ou non.

59e : Superbe kung-fu français conclu par Grébille, suivi d'un lobe biélorusse. Et c'est la fin du match.

58e : La Biélorussie réagit un peu alors que l'écart vient de monter à 10 buts.

56e : Contre de Luka Karabatic et contre-attaque façon furet d'Honrubia. 36-27 pour les Bleus

54e : Grébille fait aussi son entrée en jeu à l'arrière gauche. Et Dumoulin poursuit ses arrêts.

52e : Cyril Dumoulin a fait son entrée pour les dernières minutes du match. Et réalise tout de suite son premier arrêt.

52e : Et le doublé du capitaine, qui décoche une fléchette en pleine lucarne !

50e : But de Jérôme Fernandez, son premier du match. 31-25 après un temps-mort d'Onesta.

49e : Deux ballons perdus par les Français, qui jouent sur un faux rythme. Retour à -5 des Biélorusses.

47e : Le capitaine Jérôme Fernandez fait son entrée à l'arrière gauche, au relais de Nikola Karabatic, qui se repose un peu après une heure de jeu face aux Croates. Michaël Guigou, lui aussi bien utilisé au match précédent, reste sur le banc pour souffler.

44e : La défense française est bien mieux depuis plusieurs minutes, Omeyer touche quelques ballons et l'écart enfle tranquillou.

42e : Encore un but de Joli pour des Bleus tranquilles (27-21). Anic remet ça aussi (28-21).

40e : 3/3 pour Anic, idéalement servi par Narcisse. Les Bleus déroulent à nouveau (26-20)

39e : Porte se prend la paluche de Babichev en pleine poire. 2 minutes pour le défenseur biélorusse.

38e : Joli marque sur un contre et redonne un peu d'air aux Bleus : +5

35e : 4e but de Shylovich pour la Biélorussie, toujours 3 buts d'avance à peine pour la France (22-19).

33e : La Biélorussie manque une balle de -2 et Narcisse marque derrière pour porter de nouveau l'avantage à +4. Mais les Français jouent un peu avec le feu…

31e : C'est reparti avec l'équipe qui a débuté le match, où Guillaume Joli et Igor Anic ont remplacé Abalo et Sorhaindo. La Biélorussie marque un premier but à Omeyer. 20-17

Mi-temps : Guillaume Joli réussit son penalty sur le gong et porte l'écart à 4 buts (20-16) après 30 minutes largement dominées par des Français un peu suffisants. Les hommes d'Onesta ont fait le trou tout de suite avant de relâcher la pression défensive. Mais ils gèrent sans trembler pour l'instant.

29e : Temps-mort biélorusse pour essayer de revenir à 2 buts avant la pause.

29e : Encore un but d'Honrubia (6e), sur une roucoulette cette fois. La France est à +4.

28e : Balle perdue par Accambray, les Biélorusses marquent sur le contre. 18-15, temps-mort pour la France.

26e : Et comme prévu, Onesta fait tourner son effectif. Joli, Nyokas, Accambray et Anic sont sur le terrain actuellement.

25e : Nouvel arrêt d'Omeyer, son 9e déjà, suivi d'un but d'Honrubia sur l'aile. +6 (17-11)

23e : Honrubia s'infiltre en coast to coast dans la défense adverse et marque. 16-11

22e : De nouveau +5 pour les Bleus avec le doublé d'Anic.

21e : Rutenka, la star biélorusse, reste sur le banc de touche, visiblement blessé au pouce droit (sa bonne main). Sans leur meilleur joueur, les Biélorusses vont avoir bien du mal.

19e : Igor Anic, rentré à la place de Sorhaindo, marque son premier but et porte l'écart à 4 buts à nouveau (13-9)

17e : le délégué du match, chargé de gérer les à-côtés du match, demande à Niko Karabatic de retirer ses protections aux cuisses… Car elles sont blanches, la même couleur que le short adverse ! Et 12-8 pour les Bleus qui refont un écart.

16e : deux échecs de Sorhaindo puis Honrubia d'un côté, deux buts biélorusses de l'autre. Petit rapproché des adversaires, 10 à 7.

14e : l'écart se stabilise autour de 4-5 buts, avec encore un très bon Omeyer dans les cages françaises. 10 à 5 pour la France.

12e : et échec de Joli, qui manque son 2e péno.

11e : Guillaume Joli, après son parfait 10/10 aux penaltys face à la Serbie , continue son sans-faute et réussit son premier tir ce soir. 9-4 pour les Bleus.

9e : déjà 3 buts en autant de tentatives pour Cédric Sorhaindo en pivot. Les Bleus déroulent façon rouleau compresseur, 8-3.

7e : les Biélorusses débloquent enfin leur compteur mais ne défendent toujours pas. Narcisse marque d'un superbe tir par en dessous et redonne 4 buts d'avance aux Bleus. 6 à 2

4e : et 4 à 0 avec un doublé de Porte, titulaire en arrière droit aujourd'hui à la place de Fernandez. A noter aussi que Honrubia a pris la place de Guigou sur l'aile gauche.

2e : ça commence parfaitement pour les Bleus, qui mènent 2-0 d'entrée après avoir récupéré 3 ballons.

1e : Et c'est parti !

H - 2 min : "On va essayer de mobiliser tout le monde", annonce le sélectionneur Claude Onesta. Le but pour son équipe d'entamer le match fort pour creuser l'écart et faire ensuite tourner.

H - 5 min : c'est parti pour les hymnes, en commençant par la Marseillaise, dans une salle d'Aarhus bien peu garnie.

H - 30 min : Les joueurs sont à l'échauffement, Claude Onesta a gardé le même groupe que pour son précédent match (il a encore droit à deux remplacements jusqu'à la fin de la compétition). Vincent Gérard, le 3e gardien, reste en tribunes.

H - 1 heure : A noter que dans le premier match de la journée, dans le groupe de la France, la Croatie a facilement dominé la Russie, 33 à 25. Les Slaves rejoignent la France en tête de la poule en attendant la rencontre des Bleus. Le match à trois entre Croatie, France et Suède se profile.

H - 1 h 30 : En attendant le début du match, petite présentation de la Biélorussie, adversaire des Bleus ce soir, à travers 5 choses à savoir : la star Rutenka, le vieux Kotlinski, le coach champion, les grandes tiges et un retour au premier plan d'un pays pas vu à ce niveau depuis 19 ans. Vous saurez tout, et même un peu plus, en cliquant ici.

H - 2 heures : Comme dit plus bas, la France peut se qualifier dès ce soir pour les demi-finales. Voici les cas de figure possibles. 
La France qualifiée en demi-finale si…
En cas de victoire, la France passe si la Suède ne bat pas la Pologne
En cas de match nul, la France passe si la Suède perd face à la Pologne
Sinon, tout se jouera mercredi lors du France-Suède.

La Suède partira néanmoins favorite de son match face à la Pologne, dont le coup d'envoi sera donné à 20 h 15. Il semble plus probable que le dernier match du tour principal, entre Français et Suédois, détermine de la suite de la compétition. Ce qui ne change rien au fait que les Bleus, toujours en recherche d'un équilibre pour l'instant instable, doivent battre la Biélorussie.

Ce matin : ''Ressuscités'', titre ce mardi le quotidien L'Equipe. Oui, l'équipe de France de handball est en train de se refaire une place parmi les meilleures nations continentales, en témoignent ses quatre victoires en autant de matches depuis le début de l'Euro danois. Les Bleus doivent pourtant valider une place en demi-finale pas encore acquise, qu'ils peuvent assurer dès mercredi à la faveur d'un petit concours de circonstances. Une victoire face aux Biélorusses est en tout cas indispensable.

Siarhei Rutenka, le danger numéro 1

Après le rude combat face à la Croatie, favorite de la compétition avec le Danemark, dimanche (27-25), Claude Onesta va devoir gérer un match plus facile a priori face à une équipe déjà éliminée de la course au dernier carré et où Siarhei Rutenka (Barcelone) est le principal (pour ne pas dire le seul) danger. Ce qui pourrait permettre aux ''remplaçants'' de faire leurs preuves. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter