Euro 2014 : le système Onesta ou la recette du succès des Bleus

Euro 2014 : le système Onesta ou la recette du succès des Bleus

SPORT
DirectLCI
HANDBALL - Quatre ans après son dernier titre continental, l'équipe de France est redevenue championne d'Europe, dimanche, en atomisant le Danemark chez lui (41-32) en finale. Aux côtés des habituels cadres, Valentin Porte, auteur de 9 buts, a encore réalisé une énorme performance. Un symbole de la méthode Onesta qui guide ces Bleus depuis huit ans.

Claude Onesta lui-même présentait son équipe comme un ''outsider'' de la compétition, et pourtant. Dimanche, l'équipe de France a remporté l'Euro en atomisant le Danemark (41-32), hôte de la compétition jugé intouchable. Un titre qui vient conclure le très bel Euro des Français habités par les doutes depuis le Mondial 2013 quand ils ont échoué dès les quarts de finale. ''Les Experts, c'est révolu'', avait même prévenu le capitaine Jérôme Fernandez avant le premier match. Mais en attendant d'entériner son nouveau surnom, cette équipe semble déjà marcher dans les pas de ses prédécesseurs.

''C'est le système Onesta'', explique Guillaume Gille, double champion olympique, du monde et d'Europe avec les Bleus depuis 2001, qui a vu et accompagné la prise de pouvoir du coach toulousain. ''Il a la capacité à utiliser des jeunes joueurs en les intégrant dans un cadre où leur apport est immédiat parce qu'il sont chapeautés.'' A l'image de Valentin Porte, libéré de toute pression face à l'Espagne en demi-finale et brillant en arrière droit (7/8 aux tirs), ou Igor Anic et Luka Karabatic, très précieux en défense depuis le début de l'Euro.

Les remplaçants "se sentent bien tout de suite"

''Même s'ils disputent leur première compétition internationale, cela fait longtemps qu'ils sont là lors des regroupements, des matches amicaux, nous expliquait Luc Abalo avant la demi-finale. Alors quand on fait appel à eux, ils se sentent bien tout de suite. Cela ne se fait pas du jour au lendemain.'' Ils sont pourtant 6 à disputer leur première aventure en Bleu (Anic, Grébille, Dumoulin, Gérard, Mahé, L. Karabatic), obligeant les plus anciens à prendre plus de responsabilités, à l'image de Nikola Karabatic (29 ans, 226 sélections), ''le patron'' dixit Onesta. ''Cela se fait naturellement au quotidien, jure Abalo (29 ans, 182 sél.), lui aussi parmi les plus expérimentés. On a tous gagné beaucoup de titres, on est considérés parmi les meilleurs du monde à notre poste alors dès qu'on met un pied sur le terrain, on doit tirer l'équipe vers le haut.''

Et l'amalgame s'est fait, encore plus rapidement que prévu. ''Avant l'Euro, on était inquiets, on avait des doutes, confiait Onesta avant la finale. Mais au fond de nous, on avait ce rêve-là. Le transfert de génération est en train de se faire réellement, c'est la preuve qu'une équipe est née.'' Une équipe qui ne gagnera sans doute pas autant que la précédente. Quoique. ''On a su être voraces par le passé, on va faire en sorte de le redevenir'', annonce le sélectionneur. Dans un an, ils auront le Mondial au Qatar à se mettre sous la dent.

Sur le même sujet

Lire et commenter