Euro 2014 : Nikola Karabatic, suivez le guide

Euro 2014 : Nikola Karabatic, suivez le guide

DirectLCI
HANDBALL - Auteur de cinq buts et dix passes décisives dimanche, Nikola Karabatic a une nouvelle fois imposé sa patte sur la finale de l'Euro, son 7e titre avec l'équipe de France. Le demi-centre des Bleus, élu meilleur joueur de la compétition, a été le parfait guide d'une équipe remaniée avec l'arrivée de jeunes joueurs. "Il transmet l'héritage", explique son conseiller, Bhakti Ong.

Dimanche, il est celui qui a ouvert le score, lors de la finale remportée face au Danemark (41-32). Une tâche qu'il ne pouvait laisser à aucun autre. ''Quand on le voit, on se dit que ce n'est peut-être pas le joueur le plus élégant du handball international, mais sûrement le plus efficace. Et de loin'', s'extasiait Claude Onesta, sélectionneur de l'équipe de France, après la victoire face à la Pologne, le 15 janvier dernier. Et depuis, la fédération européenne lui a donné raison puisqu'elle a désigné le demi-centre français comme le meilleur joueur de l'Euro 2014.

Marqueur, passeur, gros défenseur aux côtés de son frère Luka : le gamin de Nis (Serbie) a tout fait pendant deux semaines pour mener l'équipe de France jusqu'au titre continental. ''Il est là pour transmettre l'héritage'', décrit simplement Bhakti Ong, l'agent et proche du joueur. ''Il est un cadre depuis plusieurs années mais là, cela se voit plus car il y a davantage de jeunes. Les années précédentes, les directives qu'il donne aujourd'hui sur le terrain étaient calées autour d'un café avant le match. Là, il est obligé d'encadrer en jouant.''

Une "réflexion partagée" avec le staff de l'équipe de France

Devenu naturellement ''le patron'' des Bleus, l'ancien joueur de Kiel (Allemagne) ''a installé son emprise sur l'équipe'' constate le sélectionneur. Un rôle qu'il a appris lors de son passage à Aix-en-Provence, selon son agent. Empêtré dans l'affaire des paris, la superstar quitte alors Montpellier et met le cap à l'est, où il rejoint son frère Luka, engagé quelques semaines plus tôt. ''Aix a construit un autre étage de la maison Karabatic, affirme Ong. Il n'était pas concentré seulement sur lui et a voulu faire progresser l'équipe. Une formation moins forte que ce qu'il a pu connaître par le passé, et il a beaucoup discuté avec Jérémy Roussel, le coach. Il y a eu une réflexion partagée.'' Et dorénavant, il fait la même chose en équipe de France. Aussi bien pour la partie défensive, qu'il gère avec l'entraîneur de la défense – et ami – Didier Dinart, que pour l'animation offensive, dont il est le métronome.

Depuis l'été dernier, le presque trentenaire (il les fera le 11 avril) a rejoint Barcelone, monstre du handball européen, pour quatre saisons. ''Là-bas, il est tranquille, on ne lui parle que de hand, poursuit son conseiller. Il s'entraîne beaucoup, entouré de grands joueurs, dans un environnement paisible.'' Et il est arrivé très frais pour cet Euro, avec un physique en béton pour pouvoir imposer son jeu basé sur le combat et la provocation. Une machine ''pas près de s'user'', jure Bhakti Ong. ''Nikola a une hygiène de vie irréprochable, il fait beaucoup de musculation, d'étirements, se soigne. Après les Jeux de Rio, il n'aura que 32 ans, c'est encore jeune. Je pense qu'il s'arrêtera quand il ne pourra plus apporter tout ce qu'il veut.'' Ce n'est donc pas tout de suite.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter