Brigade des Carpates : "Les gens s'imaginent qu'il s'agit d'une armée, mais c'est un petit groupe"

Le virage de la Puskas Arena, où ont été entendus les cris de singe pendant Hongrie-France (1-1), le 19 juin 2021.

INTERVIEW - Ces supporters venus de Hongrie ont l'intention de venir en nombre à Munich, où leur équipe nationale affronte la Mannschaft, mercredi. Historien et spécialiste du mouvement ultra, Sébastien Louis nous parle de ce groupe.

La rencontre entre la Hongrie et l'Allemagne mercredi se disputera dans une Allianz Arena où la "Brigade des Carpates", groupe d'ultras hongrois reconnaissables à leurs tee-shirts noirs, a prévu de débarquer "par milliers", selon sa page Facebook. Et pour cause, il s'agit d'un des matches les plus importants pour la Hongrie depuis ses 20 dernières années. Une victoire peut permettre aux Magyars de se qualifier en 8es. 

 Lors des matchs disputés à la Puskas Arena de Budapest, cette frange d'Ultras nationalistes s'est faite remarquer : on lui attribue les cris de singe lancés lors du match nul face aux Français (1-1) ou encore des banderoles homophobes visant Cristiano Ronaldo au cours de la rencontre face au Portugal (3-1). Sébastien Louis, historien et auteur du livre "Ultras, les autres protagonistes du football" (Éditions Mare et Martin), nous éclaire sur cette organisation, au lendemain du refus de l'UEFA d'illuminer le stade aux couleurs LGBT.

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

Qui sont ces supporters, présentés comme violents ? 

La Brigade des Carpates est le groupe ultra qui suit l'équipe nationale hongroise depuis 2009. À l'intérieur de ce groupe, on trouve des supporters des plus grands clubs hongrois,  mais là on a affaire à un véritable groupe ultra qui soutient l'équipe nationale en priorité. Les gens s'imaginent qu'il s'agit d'une armée, mais cette "Brigade" est, en fait, un petit groupe de 120 à 150 personnes qui a la primauté pour coordonner le soutien à l'équipe nationale sur toutes les autres bandes d'ultras et de hooligans qui soutiennent l'équipe magyare. Entre elles, la hache de guerre a été enterrée, c'est la Nation qui compte avant tout. Des bandes sont peut-être plus costaudes ou plus nombreuses, mais elles laissent l'organisation de l'ambiance, des déplacements, des cortèges à la Brigade des Carpates. 

La Carpathian Brigade laisse la politique au deuxième plan- Sébastien Louis, historien

Quelles sont leurs influences ?

Bien qu'ils viennent d'un pays où une partie des hooligans se retrouvent sur des influences d'extrême droite, on a affaire à des gens pour qui la politique n'est pas un credo. Mais comme toujours, le stade étant un reflet de la société, les groupes reflètent des positions politiques de leur pays : le gouvernement de Viktor Orban est un gouvernement de droite nationaliste populiste qui penche à l'extrême droite et on le retrouve aussi dans les tribunes. Par le passé, les symboles extrémistes y étaient bien plus présents, mais attention, pas au sein de la Brigade des Carpates à proprement parler. Ils ont toujours évité le mélange des genres. La politique, ils la laissent au deuxième plan. Ceci dit, chez la plupart des Hongrois, le Traité de Trianon - qui, en 1920, a vu la Hongrie être dépossédée de deux tiers de son territoire et de trois millions de Magyars - nourrit toujours l'imaginaire national d'une "Grande Hongrie". Ce thème est encore plus porteur dans un milieu perméable aux idées de la droite nationaliste ou l'extrême droite, mais il n'est finalement pas si présent. Il se concentre principalement autour du soutien à l'équipe. 

Lire aussi

Pourtant, les agissements du groupe, lors des matches de l'Euro ne font pas de doutes sur leurs positions... 

Au-delà des hooligans néonazis qui représentaient la majorité des supporters radicaux au début des années 1990 en Hongrie et qui sont désormais de plus en plus rares, ces groupes qui ont grandi dans la contestation du communisme, pouvaient exposer des symboles d'extrême droite, c'était un classique auparavant. À cela se superpose la fracture béante causée par la perte des territoires. Ce ne sont pas des néonazis en puissance, la Brigade des Carpates, c'est avant tout des ultras qui n'exhibent quasiment jamais de symboles politiques, mis à part quelques actions relatives à Trianon (des banderoles, des chants notamment). Ainsi, le 4 juin 2020, pour le centenaire de la signature du traité ils ont réalisé une scénographie impressionnante représentant un symbole national à la place des Héros à Budapest. Néanmoins,  par rapport à d'autres pays d'Europe centrale ou d'Europe de l'Est, cette tendance politique est à mon avis, assez contenue. Si on voit bien des hooligans rangés derrière son drapeau, la Brigade des Carpates elle-même est à ranger dans la catégorie Ultra, nationaliste certes, mais elle ne dérape pas.  Les cris de singe à l'encontre de certains joueurs (entendus contre la France), le message homophobe et l'étendard contre le genou à terre sont le fait de supporters radicaux qui gravitent autour de la Carpathian Brigade. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.