Euro : un point en deux matchs, pourquoi la Croatie n'y arrive pas ?

Vrsaljko lors du match Croatie-République Tchèque.

DÉCRYPTAGE - Peu inspirés et désormais sous pression, les Croates n'ont toujours pas gagné depuis le début de l'Euro. Défense à la dérive, cadres vieillissants, difficultés à la création... les dysfonctionnements sont nombreux chez les vice-champions du monde en titre.

Attention danger ! Avec un petit point pris en deux matchs, la Croatie, troisième du groupe D, se retrouve déjà au pied du mur. Les Vatreni n'ont plus (déjà) plus leur destin entre leurs mains. Si la victoire contre l'Écosse - privée de Gilmour testé positif au Covid-19 - est impérative, elle pourrait se révéler insuffisante. Un nul entre l'Angleterre et la République Tchèque dans l'autre rencontre de la poule condamnerait la Croatie à finir, au mieux, à la troisième place. Les joueurs de Zlatko Dalic devraient alors espérer des résultats favorables pour valider leur ticket pour les huitièmes de finale. Mais alors, comment les finalistes de la dernière Coupe du Monde en sont-ils arrivés là ? 

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

Une mauvaise dynamique

Si elle peut choquer, au vu de son parcours lors du dernier mondial, la performance de la Croatie n'est finalement pas si surprenante. Depuis leur échec contre les Bleus en Russie, les coéquipiers de Luka Modric sont empêtrés dans une spirale négative au niveau des résultats. Ils n'ont ainsi remportés que 12 de leurs 30 rencontres disputées entre juillet 2016 et juin 2021, avec à la clé recevant quelques claques mémorables contre l'Espagne (6-0, septembre 2018), le Portugal (4-1, septembre 2020) ou la France (4-2 en septembre 2020). Cette dynamique et ce manque de confiance se confirment en ce début d'Euro avec une défaite contre l'Angleterre (1-0) et un nul décevant contre la République Tchèque (1-1). 

Des difficultés à la création et en attaque

Des deux (pâles) prestations de la Croatie à cet Euro ressort un constat : elle peine à se montrer dangereuse. Lors de ces rencontres, les Vatreni n'ont trouvé le chemin des filets qu'à une seule reprise. Pire, ils ne se sont procurés qu'un nombre famélique d'occasions (seulement 3 tirs cadrés sur les deux matchs cumulés). La statistique des "expected goals" (les buts attendus, ndlr.) confirme cette impression (0,53 contre l'Angleterre et 1,07 contre la République Tchèque). "J'ai été surpris qu'ils ne nous attaquent pas en première mi-temps. Ils nous ont laissé jouer et nous en avons profité. C'est un point précieux contre un adversaire fort", avait d'ailleurs souligné le sélectionneur tchèque Jaroslav Silhavy après le coup de sifflet final de Croatie-République Tchèque. 

Outre un milieu de terrain en difficulté avec le ballon, les Croates souffrent du manque de mouvement sur le plan offensif. Le jeu tout en technique, fait de passes en une touche et d'enchaînements dans les petits espaces, semble aussi avoir totalement disparu. 

Une défense friable

Bien qu'elle n'ait jamais été une de ses grandes forces de la sélection, la défense de la Croatie a rarement semblé aussi faible. La défense centrale - Caleta Car et/ou Vida et/ou Lovren - manque de vitesse et de complémentarité. Elle se retrouve souvent prise à défaut dans les grands espaces et en couverture. Les latéraux représentent, eux aussi, une réelle faiblesse et notamment Vrsaljko qui a peu joué cette saison (10 matchs pour 532 minutes de jeu avec l'Atletico Madrid, toutes compétitions confondues). Au-delà de ces errements individuels, ce sont surtout les insuffisances collectives qui exposent régulièrement le portier Livakovic. S'ils veulent poursuivre leur route, les Croates devront s'impliquer davantage dans le repli défensif. 

Des cadres vieillissants et des absences qui pèsent lourd

Revenue parmi le gratin du football mondial, la Croatie souffre du lent mais inexorable déclin de plusieurs cadres. En défense, la paire Vida (32 ans) - Lovren (31 ans) apporte de moins en moins de garanties. Bien qu'encore très influent, le majestueux Luka Modric ne peut, lui, pas tout faire dans l'entrejeu. Devant, Perisic n'est plus que l'ombre du joueur aux appuis explosifs et aux dribbles chaloupés qu'il était. 

Ces difficultés sont, en plus, accentuées par les retraites internationales de Subasic, Strinic, Rakitic et surtout Mandzukic. L'absence de l'attaquant, très performant en Russie en 2018, se fait particulièrement sentir à un poste où ni Kramaric, ni Rebic ne parviennent à s'imposer (respectivement 3 et 14 buts en sélection). 

Lire aussi

Les tâtonnements de Zlatko Dalic

"Nous ne jouons pas bien, tout simplement". Après la pâle partition rendue contre la République Tchèque, Ivan Perisic a reconnu que son équipe traversait une passe difficile. Des difficultés auxquelles le sélectionneur Zlatko Dalic n'est pas étranger. Il n'a d'ailleurs pas dit autre chose ce lundi, à la veille du match décisif contre l'Écosse : "Nous devons nous améliorer et jouer beaucoup mieux". Au niveau de l'animation, déjà, il peine à trouver la bonne formule. Après avoir aligné un 4-2-3-1 contre l'Angleterre, il a opté pour un 4-3-3 avec un milieu en pointe basse contre la Tchéquie. À chaque fois pour des résultats contrastés. De même, le technicien tarde à lancer les jeunes à l'heure où plusieurs cadres tirent la langue. Brekalo, Vlasic, Pasalic... la jeunesse pousse mais doit - pour l'instant - se contenter des seconds rôles. Plus pour longtemps ? 

Suivez toute l'actualité de l'Euro et des Bleus sur notre live permanent

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

EN DIRECT - Augmentation "fulgurante" des cas de Covid-19 en Guadeloupe

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

Angleterre : les Européens vaccinés contre le Covid-19 exemptés de quarantaine… sauf les Français

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, après l'or en aviron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.