Le remake de la finale 2012, un invité surprise et une équipe "à la maison" : le plateau des demi-finales

Le remake de la finale 2012, un invité surprise et une équipe "à la maison" : le plateau des demi-finales

PROGRAMME - Les affiches des demi-finales de l'Euro sont connues. Voici tout ce qu'il faut savoir sur ces confrontations entre l'Italie et l'Espagne d'un côté, et l'Angleterre et le Danemark de l'autre.

Ils ne sont plus que quatre. Deux seulement iront à Wembley. Après des quarts de finale haletants et de très bonne facture, qui ont vu la Belgique prendre la porte, les quatre dernières formations encore en lice dans cet Euro croisent le fer à partir du mardi 6 juillet. Elles n'ont pas le même pedigree ni même des réservoirs de talents équivalents. Mais toutes ces sélections, fortes de leurs certitudes collectives, n'ont plus qu'un seul objectif : la victoire finale. LCI fait le point. 

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

Italie-Espagne

📺 Mardi 6 juillet (21h) à Wembley, à suivre en direct sur TF1

Comme on se retrouve. Quatre ans après leur confrontation en huitièmes de finale de l'Euro 2016 (victoire 2-0 des Transalpins), l'Italie et l'Espagne s'affrontent de nouveau, cette fois-ci dans le dernier carré. Les deux formations ont en commun leur trajectoire récente. La Nazionale et la Roja retrouvent enfin la lumière après plusieurs années de reconstruction. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les deux sélections participent aux demi-finales d'une compétition majeure pour la première fois depuis... 2012. Cette année-là, elles s'étaient même rencontrées en finale de l'Euro (victoire 4-0 des Espagnols). 

Lire aussi

Loin de cette période où le "tiki-taka" (un style de jeu caractérisé par le mouvement continu du ballon) était roi, cette demie s'annonce plus qu'ouverte. Les hommes de Roberto Mancini partent sans doute favoris, forts de leurs certitudes collectives (et de leur série de 32 (!) matchs d'invincibilité). Leur victoire convaincante contre la Belgique (1-2) a encore renforcé ce statut. Dans le sillage d'un milieu de terrain impressionnant d'activité et d'une charnière centrale de vieux briscards, les Azzurri font peur. Leur faculté à étouffer l'adversaire par le contre-pressing et la défense en avançant pourrait fortement bousculer une Espagne, dont les failles défensives et l'irrégularité ont été exposées au grand jour en huitièmes et en quarts.

La Roja, justement, est en train de chasser ses vieux démons. Meilleure attaque de la compétition (12 buts, juste devant... l'Italie), elle donne la sensation de monter en puissance au fil des matchs. Les hommes de Luis Enrique ont d'ailleurs su se montrer plus efficaces dans la surface adverse après une entrée en lice décevante (0-0 contre la Suède, 1-1 contre la Pologne). Face à la Suisse (1-1 a.p., 3-1 t.a.b), ils sont toutefois retombés dans leurs travers, buttant pendant 120 minutes sur un Yann Sommer impérial, seulement trompé par un tir dévié. Il faudra faire bien mieux contre la Squadra Azzura pour espérer rallier la finale. D'autant que le facteur physique pourrait peser chez cette équipe qui vient de disputer deux prolongations en moins d'une semaine et qui a paru - sur de longues séquences de jeu - émoussée physiquement lors des quarts de finale. 

Angleterre-Danemark

📺 Mercredi 7 juillet (21h) à Wembley

Mais jusqu'où le Danemark va-t-il aller ? Après un début de compétition cauchemardesque, marqué notamment par le grave malaise cardiaque de Christian Eriksen, les Danois ne cessent d'impressionner. Soudés, les joueurs de Jaroslav Šilhavý se sont défaits d'une accrocheuse mais naïve République Tchèque (1-2). Deuxième meilleure attaque de la compétition (11 buts) et auteurs de superbes séquences de jeu, les Danois ne veulent pas s'arrêter de rêver. Pour franchir l'obstacle anglais, ils pourront notamment s'appuyer sur leur maîtrise au milieu de terrain et une paire de pistons - Maehle et Stryger - très inspirée depuis le coup d'envoi de l'Euro.

Ils auront toutefois fort à faire face à l'Angleterre, tombeuse de l'Ukraine en quarts (4-0), qui impressionne l'Europe depuis les huitièmes de finale. Et les "Three Lions" partiront avec un avantage de taille, celui d'évoluer à domicile, devant leur public de Wembley. Avec un Raheem Sterling en feu depuis le début de la compétition et un Harry Kane retrouvé lors des matchs à élimination directe, les hommes de Gareth Southgate comptent bien transformer l'essai et s'offrir une finale dans leur enceinte historique. Mais jouer "à la maison" n'est pas toujours synonyme de victoire, les Bleus de 2016 s'en souviennent encore...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Deux navires de guerre russe et américain frôlent l'incident en mer du Japon : "Un acte inadmissible"

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Covid-19 : quand thés dansants et parties de belote virent aux clusters en Loire-Atlantique

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.