Exclusion de la Russie aux JO : "Les athlètes russes ne sont pas les seuls", prévient une athlète française

Exclusion de la Russie aux JO : "Les athlètes russes ne sont pas les seuls", prévient une athlète française

TEMOIGNAGE – La lanceuse de marteau Stéphanie Falzon avait assisté lors des JO de 2012 au sacre de Tatyana Lysenko, une athlète suspendue en 2007 pour s'être dopée à une hormone de blocage des hormones féminines. Après avoir raccroché, l'athlète est bien placée pour nous parler du séisme qui secoue la Fédération russe et, par ricochet, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) alors que, ce dimanche, le Comité international olympique (CIO) doit se prononcer concernant une exclusion totale des athlètes russes en vue des Jeux olympiques de Rio, qui débutent le 5 août.

En 2012, Stéphanie Falzon était aux Jeux Olympiques de Londres où elle participait à l'épreuve du lancer de marteau. Aux premières loges pour deviner le système de dopage systématique dénoncé par l'Agence Mondiale anti-dopage (AMA), qui risque de provoquer l'exclusion totale des athlètes russes des Jeux olympiques de Rio par le Comité international olympique (CIO) ce dimanche. Aujourd'hui à la retraite sportive, à 32 ans, elle nous raconte ce dont elle se doutait déjà à l'époque, "sans bla-bla politiquement correct".

Lorsque l'AMA a mis à jour la corruption et la triche qui gangrènent la fédération russe d'athlétisme, comment avez-vous réagi ?
Je ne suis pas étonnée, on sait que ça se passe comme ça chez les Russes. Quand on voit des minettes qui arrivent, avec de la barbichette, des voix d'hommes et des boutons pleins le visage et le dos et qu'elles font de grosses perfs puis disparaissent l'année d'après, on n'a plus de doutes. C'est un juste retour des choses. En 2012, à Londres, celle qui a remporté l'épreuve (du lancer de marteau, ndlr) s'était déjà fait choper pour dopage alors qu'elle lançait à 76 mètres. Quand elle est revenue, après deux ans de suspension, elle envoyait à 78 mètres. Pas besoin de preuve supplémentaire pour comprendre.

Vous vous disiez quoi à l'époque ?
Que si, de temps en temps, il y en avait deux ou trois qui tombaient c'était juste pour montrer que la lutte anti-dopage fonctionnait bien à la fédération russe. Mais, nous, on savait très bien qu'il ne s'agissait que de lampistes pour couvrir le reste, c'était évident. Aux JO, je fais 9e mais il ne me manque pas grand-chose pour me qualifier pour la finale. Celle qui me barre, c'est une Moldave dont la sœur et le frère s'étaient fait gauler. Elle, à Londres, elle était passée entre les gouttes mais elle s'est fait choper aux Mondiaux universitaires. C'est quand même rageant.

EN SAVOIR + >> Les accusations de dopage sont "infondées", selon les Russes

Croyez-vous à des Jeux olympiques sans Russes ?
Non, ça ne se fera jamais. Vous pensez vraiment que Vladimir Poutine va accepter qu'il y ait des Jeux sans équipe russe ? C'est complètement absurde. Là, on assiste à l'explosion d'une bombe atomique, la déflagration est violente mais ça va se tasser et on aura des athlètes russes à Rio. Et ne vous inquiétez pas, ou plutôt inquiétez-vous : les Russes ne sont pas les seuls à avoir ces méthodes.

Pour vous, ex-athlète, la Fédération internationale porte-t-elle aussi sa part de responsabilité ?
Je ne vois pas comment elle pouvait ne pas être au courant, l'IAAF a accès aux passeports biologiques, à des données qui interpellent... Avec le temps, la multiplication des contrôles anti-dopage va porter ses fruits. Lors des derniers Championnats du monde, moi, je n'ai vu aucune Russe sur les pistes et j'en déduis que c'est parce que ça devait se savoir en interne. Dans mon sport, le lancer de marteau, il y a pourtant toujours eu trois minettes russes, dans les 76, 77 mètres, et là, j'en ai aperçu aucune. On se doutait qu'ils commençaient à avoir chaud aux fesses.

EN SAVOIR + >> Ce que révèle le rapport de l'Agence Mondiale Antidopage

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.