F1 : Romain Grosjean se rêve en champion du monde

F1 : Romain Grosjean se rêve en champion du monde

DirectLCI
AUTO - Monté 6 fois sur le podium l'an passé, Romain Grosjean attaque la saison 2014 plein d'ambitions, dans la peau du pilote numéro 1 au sein de l'écurie Lotus. Alors que les nouvelles règles chamboulent la hiérarchie, le Français ne s'interdit pas de remporter le titre de champion du monde de F1.

Romain Grosjean le confiait à metronews la saison dernière : il n'a ''jamais perdu confiance" en lui. Alors ce n'est pas après une deuxième partie de saison brillante, qui l'a vu squatter 6 fois le podium et terminer à la 7e place du classement général, que le pilote français va se montrer moins ambitieux. A une semaine du début de la saison, lors du Grand Prix de Melbourne qui se tiendra dimanche, le Franco-Suisse vise haut, très haut même, à l'aube d'une année plus incertaine que jamais.

''L'objectif, quand on démarre une saison, c'est d'être champion du monde'', a-t-il expliqué le plus posément du monde à L'Equipe ce mardi. Prétentieux ? ''Oui, ça peut paraître optimiste ou arrogant, mais il ne faut pas le voir comme ça. J'ai envie d'être champion du monde un jour, et pourquoi pas dès 2014. Je ferai en tout cas tout ce qu'il faut pour, mon équipe et mes ingénieurs aussi.''

Numéro 1 chez Lotus

Talent avéré depuis son arrivée en Formule 1 en 2009, le Français a mis du temps à s'adapter au très haut niveau, passant même pour ''le fou du premier tour'' en 2012, avant de jouer les premiers rôles l'an passé. Très souvent dans les points, capable de rouler en tête de meute durant plusieurs tours à la faveur des ravitaillements, Grosjean attend maintenant de remporter sa première victoire, lui qui a terminé 2e au GP des Etats-Unis. ''Elle a été proche plusieurs fois mais ne s'est pas présentée, on travaille pour'', rêve-t-il.

Preuve de son nouveau statut, il démarre cette saison en tant que pilote numéro 1 de Lotus, à la faveur du départ de Kimi Raïkkonen l'été dernier. Avec la pression liée à son statut mais conforté dans son rôle de locomotive. Et l'arrivée de Pastor Maldonado en tant que coéquipier semble le satisfaire. ''On se connaît depuis 2004, c'est un bon pilote qui va me pousser et permettra à l'équipe de progresser'', affirme-t-il. Surtout, le Vénézuélien, soutenu par une industrie pétrolière, apporte des liquidités non-négligeables à une écurie qui en manquait.

Les nouvelles règles viennent chambouler la hiérarchie

La cote de Grosjean baisse donc, encore faut-il que celle de Vettel, quadruple champion du monde en titre, diminue. Et pour ça, il y a les changements de règles, nombreux à l'intersaison : nouveaux moteurs, points doublés lors de la dernière course, pénalités post-courses possibles, superlicence offrant un capital points qui diminuera quand les pilotes feront des erreurs… Bref, un tas de nouveautés qui viennent relancer un Championnat où le suspense était rapidement envolé.

Seul bémol, la Lotus n'est pour l'instant pas du tout prête. Des problèmes techniques ont succédé aux soucis de propulseur et la voiture a perdu beaucoup de temps lors des essais libres, pas optimisés du tout. ''Nous ne sommes pas tout à fait prêts, avouait le Français au site F1i il y a dix jours. Si nous pouvons inscrire quelques points à Melbourne, ce sera déjà un bon résultat. Si nous ne terminons pas dans le Top 10 mais que nous pouvons apprendre des choses qui nous permettront d'avancer, je m'en contenterai aussi.'' Afin de retrouver au plus vite son niveau des mois passés. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter