Finale de l'Euro : la douche... italienne

Gareth Southgate et Raheem Sterling

DÉSILLUSION - Les Anglais ont pourtant rapidement cru avoir fait le plus dur, grâce à un but inscrit avant même la 2e minute. Mais les hommes de Mancini ont renversé la situation, empêchant le "Football de revenir à la maison", interceptant le trophée pour l'envoyer du côté de Rome.

Impossible de ne pas avoir entendu l'hymne non-officiel de la sélection aux "Three Lions". Partout dans Londres, a résonné la chanson de The Lightning Seeds écrite en 1996 pour accompagner le retour de l'Euro - et croyaient-ils alors de la Coupe - au pays où est né le football. Dans les vidéos postées dès dimanche après-midi par la sélection anglaise, le sélectionneur Gareth Southgate remerciait déjà les fans de leur soutien, avant même que ne soit sifflé le coup d'envoi de la finale.

Ces mêmes fans qui, comme un disque rayé, ont entonné "Football is coming home" tout au long de la journée et  mis fiévreusement l'ambiance aux abords du stade mythique de Wembley. Parfois trop, les autorités londoniennes se trouvant contraintes de rappeler tout ce petit monde à l'ordre. Mais c'était à la hauteur de l'excitation suscitée par ce premier titre qui leur tendait les bras après cinquante-cinq ans de disette. À Wembley, il ne leur a pas fallu attendre longtemps avant de les voir exploser de joie. 

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

Après 1 minute et 56 secondes de jeu, Luke Shaw, le latéral anglais, a donné une longueur d'avance aux siens. Les supporters qui ont réussi à forcer le passage pour pénétrer dans Wembley n'ont même pas eu le temps d'arriver jusqu'aux tribunes quand Wembley implosait littéralement. A la pause, la majorité de supporters anglais croyait bien que le plus dur était fait. Southgate avait réussi son coup, la tête des Azzurri  étaient dans le seau, la victoire finale n'était plus qu'une question de (45) minutes. Le DJ du stade avait même déjà prévu d'envoyer "Gareth, you're the one" d'Atomic Kitten, à la gloire de Gareth Southgate.

Mais dans cet Euro, les hommes de Mancini ont montré qu'ils avaient de la ressource. Bonucci plus que les autres encore. Au retour des vestiaires, le tacticien transalpin a revu la copie, et ses hommes ont attaqué pied au plancher. C'est l'orgueilleux défenseur qui, monté aux avants-postes, a poussé au fond des filets un ballon repoussé par Pickford (67e). Suffisant pour envoyer tout le monde en prolongation et faire vaciller les certitudes anglaises. Le "God Save the Queen" repris à l'unisson dès la première période de celle-ci n'a pas impressionné plus que ça les Italiens. Au contraire même. 

Lire aussi

Dans l'incapacité de faire la différence, les Anglais ont bien cru que Bernardeschi, par deux fois, allait réussir à tromper Pickford. Mais le portier d'Everton a la main ferme. C'est à nouveau lui qui, une fois acculé jusque dans les retranchements de la séance de tirs au but, a arrêté les tentatives de Belotti et de Jorginho. 

Mais à ce moment, l'assurance qui régnait dans le temple du foot anglais a été remplacée par une certaine fébrilité. Les jeunes Marcus Rashford et Jadon Sancho, justement rentrés pour leurs qualités dans l'exercice, manquent leur tentative, avant que Bukayo Saka n'enterre son équipe. C'est terrassée dans la séance de tirs au but que l'Angleterre repart encore une fois à vide, se demandant encore comment elle a pu laisser échapper cette occasion unique, poussée par son douzième homme. 

L'histoire se répète pour le sélectionneur anglais Gareth Southgate, qui a longtemps traîné comme un boulet son tir au but raté contre l'Allemagne en demi-finale de l'Euro-1996, dans ce même stade de Wembley. Il revit une nouvelle désillusion dans cet exercice, avec la circonstance aggravante d'avoir vu trois de ses remplaçants rater leur tentative...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Pass sanitaire : "Nous aiderons les secteurs culturels à traverser ce trou d'air", assure R. Bachelot sur LCI

Covid-19 : doit-on s'isoler si l'on est déclaré "cas contact" et pleinement vacciné ?

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, après l'or en aviron

VIDÉO - Pour rassurer, Olivier Véran vaccine devant les caméras sa collègue Olivia Grégoire, enceinte

Alors que la France est "en retard", le Royaume-Uni s'est emparé du problème du Covid long

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.