Finales NBA : tout ce qu'il faut savoir sur le duel Curry-James

SPORT

BASKETBALL – Le premier match des Finales NBA aura lieu cette nuit entre Golden State et Cleveland. Les deux stars, Stephen Curry pour les Warriors et LeBron James pour les Cavaliers, sont sous le feu des projecteurs. Metronews vous fait découvrir quelques anecdotes sur ces joueurs.

Et c'est parti pour le (big) show ! La saison 2014-2015 de NBA touche déjà à sa fin après plus de sept mois de combat dans la raquette et de tirs primés à trois points. Golden State et Cleveland ont su tirer leur épingle du jeu pour s'affronter à partir de cette nuit pour conquérir le Graal du championnat nord-américain au meilleur des sept matchs. Si ces deux franchises sont à ce niveau, elles le doivent en grande partie à leur "franchise player" : Stephen Curry pour les Warriors et LeBron James chez les Cavaliers, qui occupent l'espace médiatique d'avant-match.

Le duel annoncé palpitant entre les deux natifs d'Akron (Ohio) devrait dicter l'issue de cette finale inédite. Chacun présente plusieurs particularités, honneur à Stephen Curry puisque Golden State va recevoir Cleveland lors des deux premiers matchs de la série. 1er match dans la nuit de jeudi à vendredi à 3h du matin, à suivre sur les antennes de beIN Sports.

Stephen Curry :

Son père est un ancien basketteur :
Il a bénéficié de l'héritage en technique et en adresse de son père, Dell Curry. Ancien joueur de NBA entre 1986 et 2002, le papa de Stephen a principalement évolué chez les Hornets de Charlotte (franchise aujourd'hui délocalisée et appelée Les Pelicans de la Nouvelle-Orléans). Contrairement à son fils qui est à la mène, il était ailier mais avait aussi un goût prononcé au tir à trois points.

Meilleur shooteur de l'histoire ?
Quand il est derrière la ligne à trois points, le danger est quasi-permanent. Doté d'une rapidité de shoot impressionnante, agrémentée d'une efficacité diabolique (44.3% de réussite), Stephen Curry s'est déjà forgé une sacrée réputation alors qu'il dispute seulement sa 6e saison en NBA. Aux Etats-Unis, un débat existe pour savoir s'il est le meilleur shooteur de l'histoire du championnat.

Il aurait pu jouer pour New York :
Lors de la draft 2009, Stephen Curry sort de l'université de Davidson. Son agent, Jeff Austin, et son père, Dell Curry voulaient le voir rejoindre les Knicks de New York. Golden State était sur les rangs mais l'entourage du meneur ne souhaitait pas une arrivée au sein de la franchise californienne qui était l'une des plus mauvaises de la ligue à ce moment-là. Mais les Warriors l'ont finalement drafté en 7e position contre l'avis du clan Curry. Un choix qui s'avère payant aujourd'hui.

Un homme charitable :
Malgré ses nombreux voyages aux quatre coins des Etats-Unis pour disputer la centaine de matchs éreintante par saison, Curry garde tout de même un temps précieux pour faire de bonnes actions. Tournois de golf de charité, initiatives en faveur de la construction de moustiquaires pour les enfants africains. En juillet 2013, il s'est déplacé en Tanzanie pour en distribuer. Mieux, la saison dernière, chacun de ses trois points réussis était synonyme de don pour une association pro-moustiquaires ("Nothing But Nets").

Sa fille est aussi une star :
Durant la finale de Conférence Ouest (remportée 4-1) contre Houston, le MVP de la saison régulière s'est fait voler la vedette à deux reprises par sa fille : Riley. En conférence de presse d'après-match, l'enfant du meneur américain a subtilisé le micro pour faire le show et montrer une personnalité détonante à l'âge de 2 ans.

LeBron James :

Il n'a "jamais été aussi bon" :
Comme le vin, avec l'âge (30 ans), "LBJ" se bonifie. De retour à Cleveland depuis l'été dernier après un intermède de quatre ans à Miami (2010-2014), cette saison, il écœure ses adversaires. "Je pense que si l'on prend tout en compte : mon corps, mon esprit, mon jeu... si vous mettez tout ça dans une bouteille, oui, je n'ai jamais été aussi bon". Le King est sur de sa force, les Warriors sont prévenus...

Une polyvalence monstrueuse :
Pour tous ses adversaires qui évoluent dans le secteur intérieur ou extérieur, James est impossible à arrêter. Son physique et sa puissance lui permettent de faire la différence face aux ailiers alors que sa vitesse et sa technique laissent pantois les intérieurs. Une polyvalence prépondérante dans ces play-offs car il a dû composer avec les santés récalcitrantes de ses lieutenants (Kevin Love forfait depuis le 1er tour, Kyrie Irving régulièrement blessé).

Se rapprocher de Michael Jordan :
L'une des choses qui caractérise LeBron James est son numéro 23 - même s'il l'a troqué contre le 6 durant son passage à Miami-. Un choix quelque peu motivé par les prouesses de Michael Jordan dans les années 90. Et depuis quelques jours, le sempiternel débat pour déterminer qui est le meilleur des deux joueurs a été relancé alors que "l'Elu" signe des play-offs de premier plan - 30,3 points, 11 rebonds et 9,3 passes de moyenne sur la finale de Conférence contre Atlanta-. Partisans ou détracteurs, chacun a son avis mais un éventuel succès contre Golden State et une 3e bague de champion forgerait un peu plus sa légende.

Mauvais ratio en Finales :
Il possède l'étiquette de "meilleur joueur du monde" et pourtant il ne compte que deux titres de champions NBA (2012, 2013) dans sa besace. La faute à un bilan négatif au stade des Finales avec trois défaites - 2007 avec Cleveland, 2011 et 2014 sous les couleurs de Miami - et notamment deux gros revers face aux Spurs (4-0 et 4-1). Néanmoins, il va disputer ses 5es Finales consécutives, preuve d'une régularité au plus haut niveau.

Impliqué dans la vie caritative :
Si son départ fracassant de Cleveland à l'été 2010 avait défrayé la chronique, les nombreuses critiques qui l'ont escorté n'ont pas brisé le lien fort l'unissant à sa région nationale de l'Ohio et sa ville, Akron. Avec sa fondation, il multiplie les actions avec pour objectif une aide scolaire aux jeunes défavorisés. Sans oublier un nouveau gymnase construit pour son ancien lycée, accompagné d'un équipement Nike -son sponsor- , pour les étudiants sportifs.

Lire et commenter