Fiotte, Allemagne nazie, musculation du cerveau... les grosses punchlines qui ont marqué le sport en 2016

SPORT

RÉTRO - Plus quelques heures avant de changer d'année et de tourner le dos 2016. Douze mois, notamment marqués par l'Euro et les JO, qui ont donné lieu à quelques sorties médiatiques savoureuses ou consternantes chez les sportifs. Petit tour d'horizon...

"Laurent Blanc, c'est un fiotte"

Nous sommes dans la nuit du 13 au 14 février dernier, et Serge Aurier a la très mauvaise idée de se lâcher sur Periscope. En direct, puisque c'est le principe de ce réseau social dont le joueur du PSG ne semblait pas trop maîtriser le concept, le défenseur ivoirien y va de ses petits commentaires sans filtre sur ses coéquipiers et sur son club. Sur son entraîneur aussi... Qualifiant Laurent Blanc de "fiotte", Aurier, qui sera privé pendant quelques semaines d'équipe première, a déclenché un joli scandale mais aura permis à la France de découvrir Periscope. 

En vidéo

PSG : Laurent Blanc, une "fiotte" ? Une vidéo du joueur parisien Serge Aurier fait polémique

"Je suis arrivé comme un roi, je pars comme une légende"

En fin de contrat avec le PSG et non prolongé par les dirigeants qui veulent donner un nouveau souffle à leur projet (d'ailleurs depuis un peu retombé quand même...), Zlatan Ibrahimovic (35 ans) quitte donc Paris après quatre saisons et 156 buts marqués en 180 matches. Monstrueux, tout comme cette phrase restée culte qu'il lâche sur Twitter pour officialiser son départ le 13 mai dernier, à la veille de son ultime match au Parc des Princes : "Je suis arrivé comme un roi, je pars comme une légende". Et effectivement, maintenant que le Suédois fait le bonheur de Manchester United (10 buts lors des 11 derniers rencontres...) et que le PSG patine en Ligue 1, on se dit qu'il n'avait pas forcément tort...

En vidéo

"J'ai placé la France sur la carte du monde" : Zlatan, le mégalo qui divise la Toile

"Deschamps a cédé sous la pression d'une partie raciste de la France"

Non retenu pour l'Euro en France à cause de son implication supposée dans l'affaire du chantage à la sextape contre Mathieu Valbuena, Karim Benzema a la mauvaise idée de livrer le fond de sa pensée à la presse espagnole après sa victoire en Ligue des champions avec le Real Madrid. Et s'il fait surtout part de sa déception de ne pas participer à l'aventure des Bleus qui se profile dans quelques jours et prend bien soin de préciser qu'il ne pense pas que le sélectionneur de l'équipe de France soit raciste, l'attaquant tricolore lâche cette phrase terrible qui fera la une de Marca le 1er juin dernier : "Deschamps a cédé sous la pression d'une partie raciste de la France". Depuis, bien qu'à nouveau sélectionnable, Benzema n'a jamais été rappelé chez les  Bleus par DD.

En vidéo

Equipe de France : Reverra-t-on Karim Benzema en Bleu ?

"Sun Yang, il pisse violet"

Seulement 5e du 100m dos le 9e août dernier lors des JO de Rio, Camille Lacourt a poussé un sacré coup de gueule juste après sa finale ratée. En cause, la présence durant la compétition de certains nageurs déjà tombés pour dopage et sutout la victoire, un peu plus tôt, du Chinois Sun Yang sur 200 m. "Je vois le podium du 200 m libre, ça me donne envie de vomir", a commencé le nageur tricolore, avant de lâcher un cinglant : "Sun Yang, il pisse violet !". Une sortie qui vaudra au camp français, alors en mal de médailles au début des Jeux, d'être qualifié par la presse étrangère de mauvais perdant.

En vidéo

Quel avenir pour la natation française ?

"La dernière fois qu'on a vu ça, c'est quand Jesse Owens a couru en 1936"

Dégoûté d'avoir été privé de la médaille d'or du saut à la perche qui lui était pourtant promise, Renaud Lavillenie a pété un plomb à l'issue du concours le 16 août dernier. Il est vrai pas mal chahuté par un public brésilien évidemment tout acquis à son compatriote Thiago Braz Da Silva, qui sera finalement sacré un peu à la surprise générale avec un saut à 6,03 m, le recordman du monde de la discipline (6,13 m, établi en 2014) expérimente pour son plus grand malheur la loi de Godwin. Un concept affirmant qu'une discussion a de grandes chances d'aboutir à une comparaison impliquant l'Allemagne nazie ou Adolf Hitler... Et voilà ce que Renaud Lavillenie a lâché au micro de Canal+ : "C'est la première fois qu'on voit ça en athlé (les sifflets, ndlr). Je pense que la dernière fois qu'on a vu ça, c'est quand Jesse Owens a couru en 1936 (...) Ça fait chier d'avoir un public de merde comme ça sur des JO". Le Français a ensuite passé le reste des Jeux à présenter ses excuses aux Brésiliens.

En vidéo

Renaud Lavillenie : un record du monde qui affole Twitter

"La Fédération de football devrait organiser de la musculation de cerveau"

Parmi le flot de polémiques qui a suivi la publication du livre "Un président ne devrait pas dire ça" en octobre dernier, dans lequel sont retranscrits de nombreux entretiens entre François Hollande et deux journalistes du Monde, une petite phrase a fait beaucoup de bruit dans le monde du sport. Celle dans laquelle le président de la République donne son avis sur le niveau intellectuel des footballeurs. "La Fédération (de football), ce n'est pas tellement des entraînements qu'elle devrait organiser, ce sont des formations. C'est de la musculation de cerveau", lâche ainsi le chef de l'État, pourtant amoureux du ballon rond, mais visiblement beaucoup moins des échanges qu'il a pu avoir avec certains de ses acteurs. Une sortie, comme d'autres dans cet ouvrage, qui a d'ailleurs valu à François Hollande belle une volée de bois vert.

En vidéo

Lettre ouverte d'un ballon à François Hollande : le président prend un carton rouge pour ses propos sur les footballeurs

Voir aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter