Florent Manaudou, le grand baigneur du petit bassin

Florent Manaudou, le grand baigneur du petit bassin

NATATION – Florent Manaudou ne semble connaître aucune limite. A Doha où il a terminé les Mondiaux en petit bassin avec l'argent du 100 mètres nage libre (et le bronze sur le relais 4 x 100 4 Nages), le petit frère de Laure a impressionné.

Un "monstre, un génie, un extra-terrestre, un phénomène, une machine"... sur Facebook, Laure Manaudou n'en finissait pas de s'extasier au sujet de son frère. Dimanche, Florent, un peu émoussé après avoir passé sa semaine à marcher sur l'eau, n'est pas parvenu à croquer Cesar Cielo sur 100 m mais il a obligé le Brésilien à tout donner. Le poing rageur après avoir touché le mur en premier (45''75 contre 45''81), Cielo sait qu'il l'a échappée belle. "Manaudou devient carnivore, il veut dévorer la compétition. Il peut faire mieux que sa soeur", promettait avant la course Romain Barnier, son entraineur. C'est presque fait ! Comment ?

GRÂCE À SA TÊTE
Dans sa ligne d'eau, dimanche, Florent Manaudou est tout sourire. A côté, César Cielo brandit un poing rageur comme pour rappeler qu'il a été un jour le patron du sprint. Beau joueur, Florent (24 ans) vient d'échouer à devenir le premier Français champion du monde du 100 m. Pour autant, il reste cool, une de ses qualités. Encore plus quand le terrain de jeu ne mesure "que" 25 mètres. "Ces compétitions en petit bassin, c'est du bonus, du fun. Si je fais une mauvaise performance, ce ne sera pas grave", relativisait celui qui n'a commencé à pratiquer le 100 m crawl il y a deux saison à peine. Lui qui disputait à Doha sa deuxième compétition planétaire seulement, après les JO de 2012, ramène du Qatar deux médailles d'or. Une moisson individuelle que seule sa soeur avait réussi avant lui : en 2007 à Melbourne... mais en grand bassin. Il sait ce qui lui restera à faire à Kazan, au coeur de l'été prochain.

GRÂCE À SON CORPS 
1,99 mètre pour 102 ou 103 kilos. "Un peu gras" comme il l'assure dans L'Equipe, même s'il reconnaît avoir "les mensurations idéales pour son sport". Grand gabarit pourtant doté d'une explosivité et de facultés de "glisse" dans et sous l'eau rares, il se révèle redoutable. A fortiori dans un bassin écourté où le mur arrive vite et où il faut partir fort avant de négocier les virages sans perdre de vitesse, voire en en reprenant. "En fait, il est même plus taillé pour le 25 m, même si cette distance n'existe pas, que pour le 50 m, expliquait son coach Romain Barnier dans le quotidien sportif, c'est le Usain Bolt de la natation." Aux JO de Rio en 2016, il faudra le prouver.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Covid-19 : passeport vaccinal, télétravail... Le Royaume-Uni serre la vis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.