Coupe de France : "C'est presque cuit", reconnaît Noël Le Graët

La 104 édition de la Coupe de France pourrait ne pas aller à son terme.

MENACÉE - La Coupe de France pourrait être annulée, faute de pouvoir trouver de la place dans un calendrier bouleversé par la crise du coronavirus. Un pessimisme que partage le président de la FFF Noël Le Graët.

Vers une année blanche pour la Coupe de France ? Malgré l'allègement du reconfinement, la reprise des sports collectifs ou de contacts en extérieur pour les seniors ne pourra s'effectuer au plus tôt avant le 20 janvier prochain. Le football amateur, à l'arrêt depuis la fin octobre, ne pourra donc pas reprendre début janvier, comme l'avait espéré la Fédération française de football (FFF). Une douche froide pour l'instance tricolore, chargée de l'organisation des championnats amateurs, allant du District à National 2, et de la compétition centenaire, qui sert de trait d'union entre le football professionnel et amateur. 

Stoppée cet automne, cette 104e édition fait face à l'inconnu. Quatre rencontres du 5e tour n'ont pas encore été disputées. En prévision d'une reprise début janvier, la FFF avait reprogrammé les 6e, 7e et 8e tours, avec l'entrée en lice des clubs de Ligue 2, pour jouer les 32es de finale avant la mi-février. Un calendrier mis à sac par la décision du gouvernement de ne déconfiner le sport amateur qu'après le 20 janvier, dans le meilleur des cas, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Une édition sans vainqueur ?

Plutôt rassurant fin octobre dans Le Parisien ("la suppression de la Coupe de France n'est pas du tout à l'ordre du jour") puis confiant il y a une semaine encore dans Le Télégramme ("la Coupe de France n'est pas en danger"), le président de la 3F Noël Le Graët a fait évoluer son discours, éclairé par les derniers développements. "Je pensais qu'on aurait pu jouer un peu plus vite. Si j'écoute bien ce qui a été dit hier soir, on ne pourra pas reprendre l'entraînement avant le 20 ou le 21 janvier, ça fait démarrer en février. C'est presque cuit", a-t-il reconnu sur France 3 Bretagne. "Je ne vois pas comment disputer cette compétition dans les dates sauf à jouer jusqu'à fin juillet." Une éventualité rendue impossible par l'Euro, programmé du 11 juin au 11 juillet.

Pessimiste, le patron du foot français "pense qu'on va avoir du mal à rattraper le retard". Pour autant, il ne s'avoue pas encore battu. Une "réunion importante" doit se tenir cette semaine "pour imaginer un calendrier qui puisse tenir la route, aussi bien pour le football pro que pour le football amateur."  Un ultime rendez-vous pour sauver la Coupe de France de l'annulation, ce qui serait une première depuis 1992. Cette année-là, la compétition avait été arrêtée après le drame de Furiani suite à l'effondrement d'une tribune du stade Armand-Cesari, à Bastia, avant la demi-finale entre le Sporting et l'OM.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Quelques heures avant l'interview de Harry et Meghan, la reine loue le "dévouement désintéressé"

EN DIRECT - Covid-19 en France : les patients en réanimation au plus haut depuis novembre

Lire et commenter