Euro : cinq raisons de croire en l'outsider anglais

Le sélectionneur des Three Lions, Gareth Southgate.

OUTSIDER - L'Angleterre de Gareth Southgate lance dimanche son Euro face à la Croatie à 15h. Portés par un effectif talentueux et une dynamique intéressante, les Anglais comptent parmi les favoris. On vous explique pourquoi.

En football comme en toute chose, l’Angleterre entretient une relation contrastée avec l’Europe. Sortis par la petite porte en 2016 face à l'Islande (2-1), les Three Lions n'ont jamais fait mieux que 3es de l'Euro. Mais cette année, les Anglais cornaqués par Gareth Southgate ont peut-être enfin ce qu’il faut pour inscrire leur nom au palmarès du Championnat d'Europe. Voici cinq raisons d’y croire.

1. Une attaque extraordinaire

Grand cas a été fait du trio offensif de l’équipe de France, mais les Anglais disposent aussi d'une attaque de feu. Derrière l’indéboulonnable Harry Kane (27 ans), encore une fois meilleur buteur de Premier League avec 23 réalisations, les places sont très chères au sein de la sélection anglaise. Des stars telles que Phil Foden, Raheem Sterling, Marcus Rashford, Mason Mount ou encore le redoutable Jack Grealish sont en concurrence pour démarrer à chaque match. Derrière, un joueur comme Jadon Sancho est quasiment certain d’être remplaçant… alors qu’il ferait la joie de la grande majorité du reste du plateau.

2. Un effectif naturellement équilibré

Fini le temps où l’Angleterre devait trouver le moyen de faire cohabiter des stars à des postes similaires tout en ayant des trous béants à d’autres positions. Si les milieux de terrains anglais ne sont pas de la trempe de joueurs comme Lampard et Gerrard en leur temps, les très efficaces Declan Rice et Kalvin Philipps sont aptes à compenser défensivement les profils offensifs alignés devant. Derrière, la situation de Harry Maguire est encore inconnue et le forfait de Trent-Alexander Arnold préjudiciable, mais les Anglais disposent tout de même de défenseurs talentueux avec John Stones, Ben Chilwell, Luke Shaw, Kyle Walker. Tous les postes sont pourvus. On note également un savant mélange de jeunes talents (Foden, Mount...) et d’expérience (Kane, Henderson notamment).

3. Une dynamique positive et de la fraîcheur

Les Anglais ont littéralement écrasé les éliminatoires de l’Euro, gagnant 7 de leurs 8 matchs avec une seule défaite, 37 buts marqués contre seulement 6 encaissés, et pas moins de 5 matchs en rendant une clean sheet. Individuellement, de nombreux joueurs sortent de la meilleure saison de leur carrière à l’image de Mason Mount avec Chelsea, Phil Foden avec Manchester City ou Marcus Rashford avec Manchester United. Pour préserver cette dynamique et faire souffler ses nombreux éléments, Gareth Southgate n’a pas hésité à laisser au repos tous les finalistes des Coupes d'Europe (ceux qui évoluent à City et à Chelsea) ainsi que la majorité des titulaires lors des matchs de préparation. Si le onze-type est encore mouvant, les joueurs qui vont débuter l’Euro auront pu recharger les batteries.

4. Un groupe abordable

Les joueurs le répètent à l’envi : il n’y a pas de groupes faciles à l’Euro. On pourrait leur opposer qu'il y en a tout de même des plus difficiles que d’autres... Reste que l’Angleterre devra se méfier de la Croatie, qui l’avait dominée en demi-finales de la dernière Coupe du Monde, mais elle a priori de la marge sur les Tchèques qu’ils avaient devancé lors des éliminatoires (malgré leur défaire 2-1 à Prague) et sur l’Écosse. Attention tout de même à ne pas sous-estimer l’engagement de leurs voisins au moment d’affronter leurs rivaux éternels.

Lire aussi

5. Aux bons souvenirs de Wembley

Avec la Coupe du monde 1966, organisée sur son sol et seule grande compétition internationale remportée, l’Angleterre n’a jamais su gagner loin de ses bases. Cela tombe bien, les Three Lions disputent l’ensemble de leurs rencontres de poules à Wembley. En cas de première place dans leur groupe, ils seraient également à domicile pour les 8es. Et s’ils sont condamnés à jouer à l’extérieur pour les quarts puisqu’aucun ne sera disputé à Londres, ils retrouveraient leur enceinte pour une éventuelle demie et, surtout, la finale. Bobby Moore et ses coéquipiers tiennent peut-être enfin leurs successeurs.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

Covid-19 : quelles sont les trois contre-indications à la vaccination ?

EN DIRECT - Emmanuel Macron : "Avec le variant Delta, l'épidémie est en train de reprendre"

VIDEO - Belgique : nouvelles inondations, un torrent emporte des voitures près de Namur

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.