Euro : comment Roberto Mancini a fait renaître l'Italie après le cataclysme de 2018

Euro : comment Roberto Mancini a fait renaître l'Italie après le cataclysme de 2018

RENAISSANCE - Traumatisée par son absence à la dernière Coupe du monde, une première depuis 1958, la Squadra azzurra a bien avancé sur le chemin de la rédemption. Le sélectionneur Roberto Mancini, appelé à la rescousse après la débâcle, a redonné des couleurs et une cohérence à l'Italie.

Rome ne s'est pas faite en un jour. Le 14 novembre 2017, au lendemain de la gifle reçue par la Suède, l'Italie s'était réveillée devant un champ de ruines. "C'est ça l'apocalypse, on est hors du Mondial", titrait La Gazzetta dello Sport. "Il n'y aura pas de nuits magiques" l'été prochain, "l'Italie ne participera pas au Mondial, cela n'était pas arrivé depuis 1958", ajoutait le quotidien. "L'Italie hors du Mondial !", mettait en Une le Corriere dello Sport, avec des photos des joueurs italiens en larmes. En chœur, la presse transalpine évoquait "une défaite historique, un désastre annoncé", que Tuttosport résumait ainsi "Tous à la maison".

Pour sauver un monument en péril, délesté par le départ en retraite de ses champions du monde 2006 (Gianluigi Buffon, Daniele De Rossi et Andrea Barzagli), la Fédération italienne avait approché Carlo Ancelotti pour prendre la succession de Gian Piero Ventura. Il avait poliment décliné l'offre au profit d'un grand club européen. Le choix de l'instance s'était alors déporté sur Roberto Mancini. Motivé par ce challenge, l'entraîneur, alors en poste au Zénith Saint-Pétersbourg, avait rompu par consentement mutuel son lucratif contrat, le 13 mai 2018, pour être intronisé, le lendemain, sur le banc de la Nazionale

Toute l'info sur

Euro : qui pour succéder au Portugal ?

Un peu moins de trois ans, c'est le temps qu'il a fallu à l'ancien international (36 sélections de 1984 à 1994) pour faire renaître l'Italie. Trois ans, entrecoupés par le Covid-19, durant lesquels il s'est attaqué, avec envie, au chantier qui lui avait été confié. S'entourant ses inoxydables trentenaires, Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini (34 et 36 ans, plus de 200 capes à eux deux), l'ex-entraîneur de l'Inter Milan (2004-2008 puis 2014-2016) et de Manchester City (2009-2013) a participé l'émergence d'une nouvelle génération symbolisée par la classe "biberon" Nicolò Barella, Federico Chiesa et Gianluigi Donnarumma.

Avec lui, la pression ne se fait pas sentir- Leonardo Bonucci, défenseur de l'équipe d'Italie

Plutôt que tout construire autour d'une grande star, il a créé un collectif homogène, en s'appuyant sur les forces existantes, mais mal employées jusqu'ici. Mancini s'est détourné du catenaccio. Il s'est libéré de ce système de jeu, visant à asseoir son équipe sur une solide base défensive, qui était l'ADN des Azzurri, pour rendre son équipe attractive, plaisante à regarder et prompte à jouer vers l'avant. Une vision moderne du football à laquelle il a fait adhérer tout son groupe.

"C'est un homme qui parle peu, mais il a créé un beau groupe. Il a relancé une équipe au plus bas depuis 60 ans.  Avec une grande sérénité, il transmet du calme et de la confiance", a confié le défenseur Giorgio Chiellini. "Il a réussi à entrer dans le cœur de tout le monde en peu de temps". "Il est le meilleur entraineur pour apporter de l'enthousiasme au sein du groupe. Avec lui, la pression ne se fait pas sentir", a assuré Leonardo Bonucci. Du caractère et l'enthousiasme, la griffe Roberto Mancini.

Gagner des matchs n'était pas notre priorité- Roberto Mancini, sélectionneur de l'équipe d'Italie

Après avoir procédé une large revue d'effectif des joueurs (plus de 70 joueurs), allant puiser dans le réservoir des Espoirs, il a pu leur insuffler une mentalité de vainqueur. "Gagner des matchs n'était pas notre priorité au début", avait expliqué le sélectionneur azzurro, après avoir validé la qualification pour l'Euro, finalement reporté d'un an à cause du coronavirus. "Notre tâche principale était de faire quelque chose de nouveau et de différent pour rendre nos fans heureux et passionnés à nouveau. Ensuite, nous voulions donner à nos joueurs une mentalité gagnante. Parce que c'est la meilleure façon d'atteindre le succès." 

Une mise en confiance en douceur récompensée par les résultats. Avec Roberto Mancini à sa tête, la Squadra azzurra a retrouvé sa place parmi les cadors européens. Les champions du monde 2006 sont remontés de la 20e - au moment de son intronisation - à la 7e place au classement Fifa, après s'être qualifiés, avec la manière, pour l'Euro (dix victoires en dix matchs) et le prochain "Final 4" de la Ligue des Nations, qui aura lieu en octobre 2021. Sous sa direction, l'Italie a disputé 32 rencontres pour seulement deux revers concédés. Sa dernière défaite remonte au 10 septembre 2018 au Portugal (1-0). 

Une série d'invincibilité de 27 matchs

Une invincibilité qu'il a portée à 27 rencontres, grâce aux victoires contre Saint-Marin (7-0) et la République tchèque (4-0) juste avant le début de la compétition. À l'Euro, même si ce n'est pas l'objectif prioritaire, le technicien de 56 ans pourrait aller cueillir le record suprême de 30 rencontres sans défaite de Vittorio Pozzo, sélectionneur champion du monde en 1934 et 1938.

Lire aussi

De quoi en faire de l'Italie un favori ? Roberto Mancini, prolongé jusqu'en 2026, signe du crédit que lui accorde ses dirigeants, garde les pieds sur Terre. Il est là pour bâtir sur la durée. Il attend surtout que ses joueurs fassent honneur au maillot de la Nazionale. "Nous irons sur le terrain étant conscients de l'importance du maillot bleu. Nous l'honorerons chaque minute",  a-t-il écrit dans une lettre au peuple italien, à la veille de leurs débuts contre la Turquie, ce vendredi 11 juin (à 21h, en direct sur TF1 et en live commenté sur LCI.fr). "Nous représenterons l’un des pays les plus forts et les plus beaux du monde. Unis sous un même ciel bleu, vêtus du maillot bleu. Unissons-nous pour la belle cause qui réunit plus de 60 millions d'Italiens : FORZA AZZURRI !"

L'Euro va lui permettre de tester la résistance de son équipe. Ça débutera face aux Turcs, devant les 16.000 supporters du Stadio Olimpico acquis à leur cause. Après ce premier match, les quarts de finaliste de l'Euro 2016 pourront savoir s'ils auront une carte à jouer, aux côtés des ténors que sont le Portugal, tenant du titre, la France, championne du monde en titre, l'Allemagne, l'Angleterre et l'Espagne. Et, pourquoi pas, décrocher le trophée Henri-Delaunay, une deuxième fois, après 1968...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

John McAfee, créateur de l'antivirus du même nom, s'est suicidé dans sa prison en Espagne

40% des nouveaux contaminés sont vaccinés en Israël : des failles dans le Pfizer ?

Disparition de Lucas Tronche, 15 ans, en 2015 : des ossements et un sac retrouvés

Covid-19 : que sait-on du nouveau variant Delta Plus découvert en Inde ?

Impôt sur les successions, retraite à points, tarification du carbone... Les propositions phares du rapport remis à Macron pour l'après-Covid

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.